S'identifier - Contact

Généreux-Mélenchon."Nous on peut ! 8e semaine dans les meilleures ventes (palmares Tite-Live-l'Express)

Pourquoi et comment un pays peut toujours faire ce qu'il veut face aux marchés, face aux banques, face aux crises, etc.

Par Jacques Généreux • Mes livres • Lundi 22/08/2011 • 141 commentaires • Version imprimable

On connaît tous la rengaine de l’impuissance : « Dans une économie mondialisée, le gouvernement d’un seul pays ne peut plus faire grand-chose pour contrer le pouvoir de l’argent et des marchés. Ne songez donc pas à faire payer les riches, à mater les spéculateurs ou à présenter la facture des crises aux vrais responsables ! Ce n’est plus possible, et les peuples doivent accepter la régression sociale nécessaire pour payer la crise à la place des banquiers et des rentiers qui l’ont provoquée ! C’est ignoble, mais c’est ainsi : on ne peut pas faire autrement ! »

Eh bien, Nous on peut !, comme l’explique ce bref précis d’économie politique à l’usage du simple citoyen. « Nous », c’est-à-dire l’autre gauche incarnée ici par le secrétaire national à l’économie du Parti de gauche et par le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui préface l’ouvrage. Avec le talent pédagogique qui fait le succès permanent de ses livres d’économie, Jacques Généreux montre que la mondialisation néolibérale n’est pas une fatalité : c’est un processus politique entièrement commandé par des gouvernements nationaux qui font en réalité ce qu’ils veulent. Il explique comment un gouvernement déterminé peut se débarrasser des spéculateurs, reprendre le contrôle de la finance, surmonter la crise de la dette publique, s’affranchir du carcan imposé par les traités européens, sans même sortir de l’Union européenne ou de l’euro.

« Donnez-nous une semaine, un mois peut-être, et, en voyant ce que, nous, on peut faire, tous les Européens sauront aussitôt que le seul et unique obstacle à une autre politique… c’est leur gouvernement. »

Table des matières

Place au peuple !  Préface de Jean Luc. Mélenchon

1. Face à la rengaine de l’impuissance (introduction générale)

2. La politique gouverne toujours l’économie

Quand, pourquoi, comment ? Les trois âges du capitalisme

Qui a passé les menottes aux États, et dans quel but ?

Qui perd réellement du pouvoir ? Les citoyens, pas les États !

Le cas singulier de l’Union européenne

La seconde victoire politique du néolibéralisme

La mondialisation qui n’a pas eu lieu

3. Comment gouverner face aux banques, face aux marchés, sans faire payer aux peuples les crises de la finance ?

D’où viennent les crises du capitalisme ?

La déraison de la finance libre

D’où vient la crise contemporaine ?

L’origine de la crise de la zone euro : la crise privée changée en crise publique

Comment les gouvernements de l’UE se servent des crises

Comment gouverner face aux banques et aux marchés financiers ?

Comment surmonter la crise de la dette publique ?

N’ayez pas peur des représailles

4. Faut-il sortir de l’euro ? Comment s’affranchir de l’eurolibéralisme sans sortir de l’Union européenne ?

La nécessaire refondation de l’Union monétaire

L’Union monétaire est devenue l’instrument d’une régression économique et sociale

Ce n’est pas l’euro qui engendre la crise, mais le capitalisme et les politiques néolibérales

Le retour d’une monnaie nationale n’est pas nécessaire pour mener une politique nationale autonome

Une stratégie alternative : sortir du traité de Lisbonne en restant dans l’Union européenne.

Les options possibles face à un éventuel éclatement de la zone euro

En guise de conclusion : la révolution citoyenne passe par le bouleversement des possibles


Commentaires

J'attend votre livre avec impatience par ovide le Mardi 23/08/2011 à 11:44

Bonjour,

Heureusement qu'il y a des gens comme vous pour sortir du discours dominant. A l'évidence, les faits vous donne raison.
J'entendais ce matin à la radio (sur france culture) un éminent personnage qui a inspiré l'euro et les traités européèns actuels. Il disait qu'il se sentait un peu berné. La proposition était l'union économique et monétaire. Hors on a eu l'union monétaire, mais pas l'union économique.
Quand donc l'ensemble de la gauche admettra qu'elle s'est fait avoir avec les traités européèns libéraux?
J'attend votre livre avec impatience.
Merci
 


OFRE DE PRET SANS AUCUN FRAIS A AVANCER par serafino le Vendredi 10/04/2015 à 19:03

Bonjour

Je voudrais porter à votre attention que je peux vous faire un prêt particulier SANS FRAIS A AVANCER selon la loi de notre

pays en france allant de: 2000€ jusqu’à 1.500.000€  à 2% d’intérêt . Vous savez qu’il est interdit de faire de l’usure sur

prêt. Vous avez besoin de faire un prêt, veuillez noter les domaines dans lesquels je peux vous aider:
* Financier
* Prêts immobiliers
* Prêts à l’investissement
* Prêt automobile
* Dette de consolidation
* Marge de crédit
* Deuxième hypothèques
* Rachat de crédit
* Prêts personnels
vous visez la réalisation  d'un projet et vous avez besoin de financement, ou  vous besoin d’argent pour payer des factures,

fonds à investir sur les entreprises.
Alors si vous avez besoin de prêt entre particulier SANS AUCUN FRAIS A AVANCER n’hésitez pas à me contacter pour en savoir

plus sur mes conditions. Veuillez me contacter directement par mail si le besoin se faire sentir

Email : miichserafiino55@gmail.com


Re: OFRE DE PRET SANS AUCUN FRAIS A AVANCER par Canonici le Lundi 18/05/2015 à 11:41

Bonjour votre adresse est pas validé ?


Re: OFRE DE PRET SANS AUCUN FRAIS A AVANCER par le Lundi 18/05/2015 à 12:05

c'est bien validé         miichserafiino55@gmail.com


Re: OFRE DE PRET SANS AUCUN FRAIS A AVANCER par Canonici le Lundi 18/05/2015 à 12:09

Pouvez vous me joindre par mail ??


Re: OFRE DE PRET SANS AUCUN FRAIS A AVANCER par le Samedi 25/07/2015 à 18:23

Buenas tarde porfabor mease farta un pret para pagar fasturas gracias dabanse el prêt es de 20000 francos


Re: OFRE DE PRET SANS AUCUN FRAIS A AVANCER par aulas le Mardi 29/03/2016 à 22:37

¿Necesita dinero rápido? se conceden las aplicaciones en línea, Primer préstamo de un importe mínimo de € 10.000 y 300.000 euros sola,
rápida y fácil. Ninguna investigación agencia de crédito. Que tiene que hacer el trabajo, comprar una segunda casa, por cualquier motivo,
le pegan, prohibido banco y no tiene el beneficio de los bancos o es mejor tener un proyecto y necesita financiación, mal registro
crédito o necesitan dinero para pagar las cuentas, el dinero para invertir en su negocio !! Ofrecemos una amplia gama de opciones de préstamo para satisfacer
su necesidad de financiación. Por favor no dude en contactar con nosotros o hacer una solicitud, que no le compromete a nada y la máxima confidencialidad
y la aprobación está garantizada. Todo es legal y se hace con honestidad.
CONTACTO SOLO: aulasjeanne@gmail.com


Des extraits ! par Pab le Mardi 23/08/2011 à 12:23

Bonjour,

Résidant actuellement au Maroc j'ai bien peur d'avoir du mal à me procurer votre ouvrage ! C'est pourquoi je tenais à vous demander s'il vous est possible d'en publier quelques extraits (au moins après sa sortie officielle) de façon à ce que ma frustration ne soit pas totale :)

Bien à vous,

Pab


Re: Des extraits ! par Dran le Mercredi 07/12/2011 à 02:33

Bonjour,

On peut acquérir le dernier livre de Jacques Généreux en format numérique pour 8 euros environ dans les bonnes librairies, en ligne.

Cordialement,

D.


Grand sourire d'espoir / petit pincement de doute par samuel le Mardi 23/08/2011 à 13:19

 Un très beau livre d'espoir et d'humanisme qui s'annonce.

 Comment ne pas sourire largement en voyant poindre a l'horizon la radieuse trombine de Monsieur Généreux, et les premières lumières du jour dont elle est peut être la source ?

 Comment ne pas être enchanté par la mélodie humaniste, par le fond pragmatique, de ses paroles, plus douces à l'oreille peut être que le chant du rossignol ? 

 "Nous on peut", d'accord, mais que peut-on au juste ?

 Peut-on vraiment sortir du chômage de masse, et des inégalités de revenus, et autres loyers exorbitants ou marges excessives des grandes surfaces ?

 Monsieur Généreux a-t-il vraiment en tête un plan efficace pour atteindre ces objectifs ?

 Et un plan qui se passe de droits de douane, ou d'une sortie de l'euro, et ce de qu'elle pourrait apporter en termes de dévaluation et de socialisation du crédit et de keynésianisation de la politique monétaire ?

 Comment par exemple faire un plan de relance keynésien, sans compenser les "fuites" d'argent à l'étranger, par un report vers la production locale, d'une partie de la consommation des habitants de France aujourd'hui tournée vers des biens importés ?

 N'était-ce pas en partie a cause de cette absence de report, que les plans de relance Chirac de 75, et Mauroy de 82, ont capoté ? Et n'est ce pas parceque le plan de relance Mauroy a capoté, que le PS a alors décidé de renoncer à tenir sa promesse de "changer la vie" des français, en s'engageant dans le tournant de la rigueur ?

 En plus du sourire d'espoir, et même du simple plaisir d'entendre la gentille voix de Monsieur Généreux et de voir sa magnifique trombine, reste quand même peut-être aussi un petit pincement de doute.


Re: Grand sourire d'espoir / petit pincement de doute par Roger le Mardi 23/08/2011 à 18:08

Avant même d'avoir pris connaissance des propositions de J.Généreux, vous manifestez plus qu'un petit pincement de doute, un véritable sourire sardonique assorti d'une sacrée dose de condescendance!
A sa radieuse trombine  vous ajoutez la mélodie humaniste rossignolante de sa gentille voix, teintée malgré tout d'un fond de pragmatismse inefficace. Autant dire que c'est un doux et naïf illuminé!
Etes- vous êtes un militant de l'UMPS au cynisme bien trempé ou un contaminé du virus TINA?
Mais peut-être  que votre mélodie à vous c'est la révolution, hasta la victoria, siempre, camarade!. 


Re: par samuel le Mardi 23/08/2011 à 19:24

 
 Monsieur Généreux m'inspire un sourire sincère d'espoir et d'amour, pas du tout un sourire ironique. 

 Mais le pincement au coeur est tout aussi sincère.

 Il y a des alternatives.

 Mais on risque de s'en détourner, si on poursuit d'autres finalités que le bonheur des français, et d'autres objectifs concrets que la réalisation des conditions de ce bonheur. Sur le plan économique, ces conditions sont le plein emploi, la réduction des inégalités de revenus, la baisse des rentes immobilières et de monopole.

 Or Monsieur Généreux poursuit d'autres finalités en plus du bonheur des français : une certaine sorte de construction européenne dans laquelle il y aurait l'euro ; peut être aussi une certaine idée de l'ouverture qui impliquerait l'absence de droits de douane.

 Et c'est là que les embrouilles peuvent commencer. Quand on cherche à poursuivre plusieurs finalités à la fois, n'arrive-t-il pas toujours un moment ou un autre, où ces diverses finalités rentrent en conflit, et où il faut trouver un compromis entre elles, voire renoncer à l'une d'elles pour poursuivre les autres ?

 Or pour celui qui ne considère ni l'euro, ni le libre-échange comme des finalités, ces deux choses là n'apparaissent-elles pas comme des obstacles à, où des choses qui rendraient plus difficile la poursuite du seul bonheur des français, c'est à dire notamment, de ses conditions économiques ?
 


Attendez de lire... vous serez rassuré par J-Genereux le Mercredi 24/08/2011 à 15:24

Au programme notamment, abolition du libre-échange pour la finance,
reprise du contrôle des mouvement de capitaux à nos frontières, interdiction des instruments financiers purement spéculatifs, reprise de la création monéraire directe par la Banque de France pour suppléer la défaillance de la BCE, notamment dans la monétisation-restructuration de la dette publique, entre autres.... 
et le tout ne nécessite en rien l'abandon de l'euro. La est la grosse surprise que je vous laisse le plaisir de découvrir ;-))


Re: par samuel le Mercredi 24/08/2011 à 17:39

Rares sont les personalités politiques qui ne poursuivent pas d'autres finalités que le bonheur des gens. Ou qui en tout cas refuseraient de sacrifier le bonheur des gens au nom d'une autre finalité (forcément mal conçue, puisque rien de bon ne commande de rendre les gens malheureux de manière superflue).

Je pense que vous faites partie de ces rares personalités. Mais ces rares personalités, j'imagine que quand elles s'engagent en politique, il leur faut composer avec d'autres pour faire finalement partie d'un groupe majoritaire, et non pas être isolées à raler toutes seules dans leur coin.

Bref j'imagine que vous faites au mieux, et que ce sera surement déjà pas mal du tout !

Merci encore pour votre engagement.


Re: par coorine22 le Lundi 09/05/2016 à 16:05

Bonjour!
Je vis en France et Cela fait 8 mois maintenant que ça n'allait plus bien avec mon mari car je souffrais d'une maladie qui m'empêchait d'évoluer dans la vie et cette maladie nous faisais dépenser , 7 ans de mariage avec mon mari, du jour au lendemain comme par envoûtement mon mari demande le divorce. Sur internet je passais du temps à faire mes recherches pour me distraire donc il est arrivé un jour j'ai fait la connaissance d'un Voyant. Grâce a ce Voyant mes frères et sœurs, Mon mari est revenu du jour au lendemain exactement comme par enchantement, mon mari n'a rien compris depuis jusqu'à ce jour, il existe vraiment des choses dans la vie que nous ne pouvons jamais comprendre si on a pas essayé, j'ai repris mon travail et tout est rentré dans l'ordre. Il est un Spécialiste du retour rapide de l'être aimé. Si vous voulez vous faire aimer ou si votre ami vous a quitté ce Voyant peux le faire revenir dans 3 jours . Il va courir derrière vous . amour durable, problème d'enfant , chance au jeux, fidélité , maladie inconnue, même les cas désespérés. Pas de fausses promesses , travail efficace et rapide.100% de réussite garanti. Ne restez pas dans l'angoisse, pas de problème sans solution. Il est réputé pour trouver une solution à tous vos problème qui vous empêchent de dormir, même les cas désespérés
Je me permets de vous laisser son mail: robert.francistokpanou122@gmail.com


Re: Attendez de lire... vous serez rassuré par A-J Holbecq le Lundi 29/08/2011 à 09:01

Bonjour
J'attends votre livre avec impatience afin de pouvoir départager deux points de vue de deux grands économistes que j'ai, tous deux, plaisir à lire et écouter..
En effet,Frédéric Lordon écrit
" la BCE est-elle capable de répondre favorablement à une demande de ce genre ? Poser la question c'est y répondre. Tout l'habitus du banquier central européen s'y oppose. Dans ces conditions, les pays concernés reprendront barre sur leur banque centrale nationale, de fait extraite du SEBC (le Système Européen de Banques Centrales), pour lui faire émettre des euros en quantité ad hoc. A ce moment précis, constatant l'apparition dans la zone euro d'une source de création monétaire anarchique, affranchie des règles du SEBC, donc susceptible de mélanger ses euros impurs aux euros purs (et par là de les corrompre), l'Allemagne considérera que le point de l'intolérable a été atteint et, faute d'avoir les moyens d'exclure le (s) contrevenant (s), jugera que sa propre conservation monétaire lui fait devoir de quitter les lieux. Fin du voyage pour l'euro, en tout cas dans sa forme originelle"

Vous êtes donc tous deux d'accord (et moi de même) sur la nécessité de monétisation directe, mais pas sur les conséquences semble t-il.

Bien à vous


Re: Témoignage d'un Prêt Entre Particulier Sérieux par lydie le Lundi 04/08/2014 à 11:03

 Bonjour la plus part de ceux qui se disent prêteurs sont tous des escrocs, je suis à la recherche de prêt ça fait 2 ans, je me suis fait escroqué par les genres. Moi, j'ai visité un site d'annonce de prêt entre particuliers sérieux partout dans le monde et j'ai connu un monsieur formidable, du nom de Mr SURGOT Maurice de nationalité Française qui aide toute personne habitant la France, Martinique, Guadeloupe, Réunion, Nouvelle-Calédonie, Honolulu, la Polynésie et autres en leur faisant des prêts et qui m'a accordé un prêt de 30.000€ ? Le lundi dernier que je dois rembourser sur 15 ans avec un très faible intérêt de sa part, soit 2 % sur toute ma durée de prêt et là le lendemain matin, j'ai reçu l'argent sans protocole. Besoin de crédit personnel, vos banques refusent de vous accordez de prêt, vous êtes en CDI et autre de vous adressez à lui et vous serrez satisfait, mais attention à vous que n'aiment pas rembourser les prêts.

Je publie ce message parce que Monsieur SURGOT m'a fait du bien avec ce prêt. C'est par le biais d'une amie que j'ai rencontré cet homme honnête et généreux qui m'a permis d'obtenir ce prêt. Alors je vous conseille de le contacter et il vous satisfera pour tous les services que vous la demanderez. Voici son e-mail : surgotmaurice@outlook.fr
 
Merci pour votre compréhension
 
Cordialement


Après lecture... par samuel le Mercredi 28/09/2011 à 00:29


 Après avoir lu votre livre, je trouve qu'il contient plein plein de bonnes idées, mais désolé, je ne vois pas comment votre relance fonctionnera, pour une raison purement comptable, très simple, que vous connaissez surement sous le nom de "loi de Thirlwall"

 Votre plan de relance va permettre a plein de gens de retrouver un emploi, et il va permettre a plein d'autres gens aux revenus modestes de voir leurs revenus augmenter : pour l'instant tout va bien, c'est formidable !

 Ces gens vont se mettre à consommer plus que quand ils étaient chomeurs ou quand ils avaient de moindres revenus, et que vont-ils acheter ? En partie bien sur, des biens manufactures, fabriques dans les pays emergents ! Autrement dit, les importations de biens manufacturés des pays emergents vont augmenter au même rythme que votre plan de relance reussira a reduire le chomage et la pauvreté !

 D'autre part, le rythme d'augmentation des exportations ne depend pas de vous, mais seulement de l'etat d'esprit du reste du monde : son envie de consommer plus, et son envie de consommer français. On peut donc s'attendre a ce que les exportations augmentent à un rythme moindre que les importations.

 Resultat : un deficit commercial va se creuser (comme cela a eu lieu avec les plans de relance ratés de Chirac en 75 et Mauroy en 82).

 A moins que vous n'ayez recours à des mesures protectionnistes, permettant, parallèlement au plan de relance, de reduire la proportion de biens importés dans la consommation des français, pour finalement que le rythme d'augmentation des importations soit aussi faible que celui des exportations, et non aussi élevé que celui de réduction du chomage et de la pauvreté.

  Mais bon, c'est vous le grand économiste, et c'est donc peut être moi qui me trompe quelquepart...


Re: Après lecture...les démagogues ne sont pas ceux qu'on dit par menejeu le Lundi 09/04/2012 à 15:57

A ceux qui craignent que nous devions avoir recours à du protectionnisme "pour réduire les importations et les ajuster à nos baisses d'exportations, on peut répondre que l'équation n'est pas qu'à deux inconnues, mais au moins à trois variables (et forcément encore plus, ce qui nous renvoie à une "complexité non linéaire, dynamique, voire "dialectique"...): les besoins vitaux franco-français résultant de la paupérisation et de la précarité accélérées par "l'horreur économique" consécutive à la capitulation des "politiques" face aux spéculateurs servis sur un plateau de luxe par la sarkoïzation des dogmes idéologiques "riche= compétent", "main invisible du marché = régulation bienfaitrice de l'économie", si le pouvoir d'achat de la masse populaire augmente, il y a assez de compétences franco-françaises pour y répondre en produisant françaisc'est-à-dire enfin en obligeant les politiques bavards se réclamant du "produisons français", à assumer leurs slogans...c'est ce qui s'appelle une "prise au mot" des menteurs de tous bords par le peuple saturé de dénis de toutes sortes depuis trop longtemps !
Ceci signifie que ne sont pas démagogues les politiques disant clairement à quoi ils invitent les citoyens à résister : seule une révolution citoyenne rendra au peuple sa souveraineté sur "le marché intérieur"  et son honneur dans la confrontation économique entre rendement financier et  efficacité socio-environnementale , cette deuxième nécessité mettant en échec le système ultra-libéral  partout dans le monde !


Re:Faire le bonheur des citoyens? par Roger le Mardi 30/08/2011 à 16:30

Faire le bonheur des gens? On nous a bien souvent chanté cette chanson là.
Ce ne peut pas être l'objectif de la Politique. On sait intuitivement (et d'expérience) que le bonheur est un "ressenti" singulier et subjectif difficile à traduire socialement. Le bonheur est une chose privée et non publique.
Si le bonheur peut être conditionné par un contexte socio-politique et économique il n'est pas conditionné par celui-ci.
On peut être extrêmement malheureux dans l'opulence consumériste et productivistes de nos sociétés de la marchandise, parceque cette opulence se paye au prix fort d'un absurde cercle: produire de plus en plus intensément pour gagner plus et pouvoir consommer plus (gaspiller) pour faire tourner la machine économique de l'accumulation sans fin. Au bout du chemin assez court de la vie quel sens ça peut donner?
"L'objectif de la politique n'est pas le bonheur, c'est la liberté" (C. Castoriadis)
Sous nos yeux ne devient-il pas évident que notre liberté(individuelle et collective) et notre démocratie sont  mis à mal par les exigences de plus en plus arrogantes d'une économie financière spéculative à qui nos élus (par naïveté ou cynisme?)ont laissé la main (invisible bien entendu!) 


Réaliser pour les citoyens les conditions de leur bonheur par samuel le Mercredi 31/08/2011 à 10:48

 Tout a fait d'accord avec vous on ne peut rendre une personne heureuse. C'est à elle de devenir heureuse par elle même.
 Mais par contre, et tel est à mes yeux la seule finalité de l'action politique, on peut réaliser les conditions (nécessaires et non suffisantes) du bonheur.
 Conditions matérielles : avoir un toit, a manger, ne pas etre a la merci de tel ou tel fort. Prosperité, partage équitable de la richesse, et rapports de force équilibrés.
 Conditions sociales, morales, affectives, spirituelles : avoir un travail, etre entouré de gens en lesquels on a confiance, beneficier de l'epanouissement et des joies que procure la culture, qu'elle soit sous forme de livres, ou de fetes, ou autre...
 Difficile d'etre heureux sans que ces conditions soient realisees. Or la realisation de ces conditions depend fortement des institutions qui nous encadrent, et le Politique est l'action sur ces institutions.

  Amartya Sen relie je crois bonheur et liberté. Pour lui la liberté n'est rien de plus que l'usage des possibilités d'etre heureux que nous donne l'environnement dans lequel nous vivons nous donne. Pour avoir vecu dans divers environnements, plus ou moins propices au bonheur, je suis d'accord avec lui : on se sent bien plus libre dans un environnement qui nous donne des possibilites d'etre heureux, que dans un environnement rempli d'obstacles au bonheur et ou les seuls chemins devant soi sont des routes de tristesse et de peur, de solitude et de misere.


Re: Grand sourire d'espoir / petit pincement de doute par istern le Dimanche 15/04/2012 à 16:17

de très bonnes choses et un contenu de qualité, bravo!


Re: Grand sourire d'espoir / petit pincement de doute par le Jeudi 03/11/2011 à 13:23

Il ne faut pas éviter la fuite des spéculateurs puis ce qu’ ils le disent eux même que leur argent ne vaux rien les titre qu’ils détienne sont pourrit.


TEMOINGNAGE IGNOREZ PAR ,PRENEZ LE TEMPS DE LIRE par NAVASSE le Mercredi 24/12/2014 à 17:12

Bonjour
IGNOREZ PAR  ,PRENEZ LE TEMPS DE LIRE
Je vous informe à tous, vous qui êtes à la recherche d'un prêt d'argent entre particulier
pour enfin sortir des difficultés que provoquent les banques par le rejet de vos dossiers
de demande de crédits,Maintenant plus de soucis.Un seul prêteur honnête,sincère et
véridique à votre disposition Mr JAVEL André , le directeur du Groupe
Financial&Investissement Prêt pour Tous (GF & IPT),j'ai reçu mon prêt de 30000 euros chez
lui parce que javais fais des prêts à ma banque que je n'arrive pas à rembourser en plus
je suis fiché à ma banque et vue que j'avais besoin d'argent en urgence pour mon projet et
solder mes dettes à la banque puis finir ma construction et relancer mon activité.
franchement,je suis tout à fait satisfait au bout de 48 heures avec ce Mr, et j'en ai
parlé à plusieurs collègues qui ont également reçu des prêts chez ce monsieur sans avoir
de soucis car leur conditions sont très avantageuses.Ils font des prêts de 5000 euros à
5.000.000 Euros avec un taux d'intérêt de 2% à 3% selon le montant demander et
remboursable de 2 à 20 ans.Je vous laisse l'adresse pour envoyer vos demandes.

E-Mail : javelandre77@gmail.com

ps: Passez le message pour aider ceux qui sont dans le besoin


Re: Grand sourire d'espoir / petit pincement de doute par chantal le Samedi 25/04/2015 à 14:20


Monsieur et Madame Particulier français, Belgique, Canada ou Suisse Vous aviez besoin de prêts d'argent pour faire face aux difficultés financières pour enfin sortir de l'impasse que provoquent les banques, par le rejet de vos dossiers de demande de crédits.j'ai reçu mon prêt de 11000€ grâce au Mme chantal RENAUD et c'est une dame vraiment exceptionnel,honnête et sérieuse qui ma vraiment aider et d'autre collègue ont aussi bénéficié de son aide financière.Alors vous qui êtes dans le besoin financier veuillez contacter Mme chantal2renaud@outlook.fr pour plus de renseignement.


Soyez présents par Gilbert le Mercredi 24/08/2011 à 08:49

Votre "silence-médias"  (radio/TV/blog) m'inquiétait un peu mais ce livre me rassure et tombe à point.
Le Front de Gauche a besoin de vous. Nous espérons que vous serez actif et visible dans les médias dans les mois qui viennent. Vous inspirez sérieux, compétence et espoir.Faites-vous entendre !


Re: Soyez présents par Delacotte le Mercredi 24/08/2011 à 15:31

+1.
On ne vous voit pas assez. C'est par vos ouvrages, conférences et interventions dans les mdias que je suis entré au PG.


Encore un livre qui va redonner l'espoir... par Charles Chasson le Mercredi 24/08/2011 à 21:01

On vous l'a pas dit, vous ne devriez pas redonner le moral aux citoyens, c'est une honte. Il n'y a pas d'alternative, tout le monde le sait...

Vivement le 8 Septembre, que je reprenne la pêche, face à la résignation généralisée...


Nous vivons en oligarchie et pas en démocratie. par Combe le Dimanche 28/08/2011 à 16:35

Non, dans que le système sera sur le mode  des élections actuelles, vous ne changerez rien.
On comprend tout de suite que, à travers le monde se sont les puissances de l'argent qui "achetent" les élections en souspoudrant (c'est un euphémisme) les partis politiques et les canditats.
On le voie très bien lors de l'élection de Barack Obama, tous ces conseillés sont de près ou de loin membres d'une banque ou d'une multinationale. On observe la politique mise en place depuis !!!!!

La seule solution c'est la constituante. Le peuple qui écrit sa constitution.

Voir (le tirage au sort d'étienne Chouard)


Re: Nous vivons en oligarchie et pas en démocratie. par Emery le Mercredi 31/08/2011 à 13:22

31 Aout: Christine Lagarde directrice du FMI annonce la nécessité d'une recapitalisation des banques, sous entendu avec l'argent des citoyens contribuables comme garantie. Quelles sont les mesures minimales, les pare-feu qu'il faudrait appliquer d'urgence aux banksters pris au sens large, pour que les citoyens qui vivent de leur travail ne se trouvent pas encore appauvris davantage comme en 2008?


Ratiopol par Ratiopol le Samedi 03/09/2011 à 13:00

Bonjour, à propos de politique, j'ai créé il y a peu un site : www.ratiopol.fr. Gratuit et sans publicité il a pour objectif d'influer sur les politiques de nos dirigeants. N'hésitez pas à me faire part de vos remarques et critiques constructives.


Re: Ratiopol par Roger le Mardi 06/09/2011 à 16:46

A Ratiopol
Je suis allé sur votre blog. Je n'ai pas vu comment prendre connaissance  des pages en discussion.
Je veux pouvoir lire avant de créer éventuellement  un compte.


Re: Ratiopol par Bretwa le Mardi 06/09/2011 à 21:19

Bonjour,

En fait ce site n'est pas un blog mais un wiki. Il fonctionne d'une manière similaire à Wikipédia. Pour accéder à une page de discussion il faut tout d'abord que la page soit créée (lien bleu) et ensuite aller sur l'onglet discussion de cette page. N'hésitez pas si vous avez d'autres questions.

Cordialement,
Bretwa


bravo par lila scott le Dimanche 15/04/2012 à 16:18

bravo pour ce blog de qualité!


Remerciements et encouragements par Besançon le Mercredi 07/09/2011 à 13:44

Cher Monsieur Généreux,

Etant moi-même économiste, professeur d'économie et homme de gauche, je ne peux que saluer avec admiration la sincérité évidente de votre engagement politique et la remarquable clarté pédagogique dont vous faîtes preuve dans vos analyses riches et pertinentes, et cela toujours avec un ton lucide, serein, engagé, bienveillant..... et généreux. Vos vastes contributions à la diffusion des savoirs en Economie politique me sont très précieuses et je ne manque pas de les diffuser et de m'en inspirer dans ma pratique pédagogique et l'animation de mon blog. 

Merci à vous et solidarités très chaleureuses sur le chemin d'une économie au service de l'humain.
Yves Besançon.


Re: Remerciements et encouragements par chantal le Samedi 25/04/2015 à 14:24

Bonsoir Mme et Mr
J'étais a la recherche de prêt depuis plus de 2 ans . j'ai été beaucoup de fois arnaqué sur des sites de prêt entre particuliers.J'ai finalement trouver un frère chrétien qui finalement ma aidez a trouver le prêt de 20 000€ Donc je suis très heureux, raison pour laquelle j'ai pris mon temps de témoigner car actuellement il n'a que des brouteurs sur le net qui ne font que du mal.Offre valable à toute personne habitant la France, Martinique, Guadeloupe, Reunion , guyane , Nouvelle Calédonie, Honolulu , la Polynésie, Wallis-et-Futuna .Merci d'envoyer votre demande pour obtenir un prêt en 72 heures au plus .mail : chantal2renaud@outlook.fr


Vivement... par david le Dimanche 11/09/2011 à 18:50

Vivement la fête de l'Huma, vivement l'heure des débats, vivement le changement, vivement ce nouveau livre ! La Grande Régression m'a éclairé, Mélenchon fait résonner ensuite. J'ai hâte d'en apprendre encore.


Merci, monsieur Généreux par Rascol Bernard le Lundi 12/09/2011 à 00:23

                  Merci, monsieur Généreux !

Merci pour vos interventions si claires et éloignées de la pensée économique unique.

(Ah"L'esprit de Munich")

Quand pourrons nous vous voir sur une chaîne de service public(si possible), portant contradiction

à l'un de ces économistes libéraux qui nous cassent les oreilles avec leur discours propagandiste ?

Prévenez nous que nous puissions faire passer l'information !

Merci pour ce souffle vivfiant que vous faites passer avec Jean luc Mélenchon dans l'atmosphère

délétère de notre  vie politique !

Bernard


Re: Merci, monsieur Généreux par yanloup le Lundi 12/09/2011 à 11:39

Ho que oui !

Très souvent en écoutant les orthodoxes, confisquant les micros et trustant les plateaux de télévision, dispenser leur doctrine économique (toujours la même au passage), je me demandais: " et si J. Généreux était présent, que rétorquerait-il ?"

Par pitié il va falloir être plus présent, médiatiquement parlant, dans les mois à venir Mr Généreux. Nous avons besoin d'entendre vos paroles d'espoir.


Re: Merci, monsieur Généreux par Convaincue le Mercredi 14/09/2011 à 14:36

 Je suis d'accord avec vous, mais ce sont les media qui n'invitent pas J. Généreux! Ce sont eux qu'il faut "harceler" pour qu'ils le fassent!
Ceci dit, nous le verrons peut-être sur les plateaux à l'occasion de la sortie de son livre. Espérons-le!


Bravo par GUIVARC'H nicolas le Mardi 13/09/2011 à 12:19

 Bonjour Mr Généreux
C'est avec un grand plaisir que le 15 septembre je commanderai votre livre. J'ai lu La dissociété et La grande régression et pour un militant qui connaît mal l'économie ces livres écrit avec une volonté manifeste de rendre clair des mécanismes parfois obscurs sont une aide  très précieuse !!
Je vous remercie pour le travail d'éducation populaire que vous menez avec brio. Mon seul regret est de si peu vous voir et vous entendre dans les médias mais je crains que vous n' y soyez pour rien.
Amicalement
Un militant PG de Bretagne


Re: Bravo par cori le Lundi 09/05/2016 à 16:01

Bonjour!
Je vis en France et Cela fait 8 mois maintenant que ça n'allait plus bien avec mon mari car je souffrais d'une maladie qui m'empêchait d'évoluer dans la vie et cette maladie nous faisais dépenser , 7 ans de mariage avec mon mari, du jour au lendemain comme par envoûtement mon mari demande le divorce. Sur internet je passais du temps à faire mes recherches pour me distraire donc il est arrivé un jour j'ai fait la connaissance d'un Voyant. Grâce a ce Voyant mes frères et sœurs, Mon mari est revenu du jour au lendemain exactement comme par enchantement, mon mari n'a rien compris depuis jusqu'à ce jour, il existe vraiment des choses dans la vie que nous ne pouvons jamais comprendre si on a pas essayé, j'ai repris mon travail et tout est rentré dans l'ordre. Il est un Spécialiste du retour rapide de l'être aimé. Si vous voulez vous faire aimer ou si votre ami vous a quitté ce Voyant peux le faire revenir dans 3 jours . Il va courir derrière vous . amour durable, problème d'enfant , chance au jeux, fidélité , maladie inconnue, même les cas désespérés. Pas de fausses promesses , travail efficace et rapide.100% de réussite garanti. Ne restez pas dans l'angoisse, pas de problème sans solution. Il est réputé pour trouver une solution à tous vos problème qui vous empêchent de dormir, même les cas désespérés
Je me permets de vous laisser son mail: robert.francistokpanou122@gmail.com


Encouragements par Diaw le Vendredi 16/09/2011 à 10:44

je vous félicite pour le travail que vous abattez, vos reflexions sont pertinentes , doublées des analyses pointues, j'ai eu l'occasion de lire ton livre intitulé "introduction à l'économie générale", c'étatit vraiment interessant, pour ce qui est des médias, je me dis qu'ils n'invitent pas les personnes qu'ils faut, mais des gens qui monoplolent toujours les micro; envahissent les pages des journaux bon courage et bonne continuation


Bravo par Pascal J le Samedi 17/09/2011 à 15:02

Enfin des intellectuels au service du peuple se font entendre !
Merci pour votre ouvrage clair et didactique, malgré la complexité des thématiques traitées. Je viens de l'acheter et vais l'offrir à un maximum de monde.


par le Lundi 19/09/2011 à 20:13

Depuis longtemps je pense que la première urgence est de reprendre le contrôle sur notre économie nationale et montrer ainsi notre refus des règles ultralibérales qui nous étranglent.
Cet accord tacite pour la suprématie de la finance, que vous dénoncez, réussi vraiment à transformer les avancées sociales en pénalités face au jeu de la concurrence. Merci pour ce livre qui démontre que l’on peut renverser cela sans crainte majeure, et rouvrir enfin le champ d’une politique de gauche ambitieuse et réaliste,  lorsque les politiques assument leur pouvoir et gardent une maitrise vigilente des législations financières et économiques.


Yes we can ! par Vinnie le Lundi 19/09/2011 à 23:08

"Nous on peut !" - c'est la traduction de "Yes we can !"

Je l'ai commandé pour l'offrir à ma meilleure moitié pour son anniversaire - et aussi pour affuter nos argumentaires pour convaincre autour de nous de la validité des propositions du FdG. En ces temps de désespérance, ce sont les peuples qu'il faut rassurer, pas les marchés.


Re: Yes we can ! par samuel le Mardi 20/09/2011 à 20:45


 "Nous on peut", c'est aussi surement une reponse à "l'Etat ne peut pas tout" de Jospin.


interview sur Nova par MARIE le Mardi 20/09/2011 à 12:26

Bonjour,
Je vous ai écouté sur Nova ce matin et je suis très contente de votre intervention. Elle était clair et je pense qu'il faut ASOLUMENT véhiculer vos idées afin de sortir du marasme et éviter le pire l'election de M Le Pen, la réélection de N Sarkozi ou le moins pire mais qui ne changera rien l'election d'un candidat socialiste. J'aimerai tellement que JLM soit élu mais je crains que ce soit un peu prématuré et que les français fasse un vote de protestation terrible pour le futur.
En tous cas vous me redonnez un peu de confiance en notre politique et souhaite vivement que vous fassiez ce que vous dite en cas de victoire !
CDT
Marie


témoignage de retour affectif de mon ex par cori le Lundi 09/05/2016 à 15:59

Bonjour!
Je vis au canada et Cela fait 8 mois maintenant que ça n'allait plus bien avec mon mari car je souffrais d'une maladie qui m'empêchait d'évoluer dans la vie et cette maladie nous faisais dépenser , 7 ans de mariage avec mon mari, du jour au lendemain comme par envoûtement mon mari demande le divorce. Sur internet je passais du temps à faire mes recherches pour me distraire donc il est arrivé un jour j'ai fait la connaissance d'un Voyant. Grâce a ce Voyant mes frères et sœurs, Mon mari est revenu du jour au lendemain exactement comme par enchantement, mon mari n'a rien compris depuis jusqu'à ce jour, il existe vraiment des choses dans la vie que nous ne pouvons jamais comprendre si on a pas essayé, j'ai repris mon travail et tout est rentré dans l'ordre. Il est un Spécialiste du retour rapide de l'être aimé. Si vous voulez vous faire aimer ou si votre ami vous a quitté ce Voyant peux le faire revenir dans 3 jours . Il va courir derrière vous . amour durable, problème d'enfant , chance au jeux, fidélité , maladie inconnue, même les cas désespérés. Pas de fausses promesses , travail efficace et rapide.100% de réussite garanti. Ne restez pas dans l'angoisse, pas de problème sans solution. Il est réputé pour trouver une solution à tous vos problème qui vous empêchent de dormir, même les cas désespérés
Je me permets de vous laisser son mail: robert.francistokpanou122@gmail.com


Une demande de précision par A-J Holbecq le Jeudi 22/09/2011 à 12:47

Merci pour ce livre qui est un "bol d'air"

Néanmoins j'ai une question concernant la page où vous écrivez

 
 
"Toutefois, si les crédits des banques publiques financent principalement des organisations (entreprises, administrations, etc.) astreintes à détenir leur compte principal auprès des banques publiques, alors ces crédits n'engendrent aucun retrait de billets et peu de sorties nettes de liquidités hors du pôle public bancaire. La monnaie créée par les crédits publics circule principalement par virements de compte à compte au sein des banques publiques et génère très peu de besoin de liquidités en compte à la banque centrale".

Lorsque les entreprises ou les administrations sont ainsi financés par une banque publique ces financements vont être utilisés pour payer des investissements, des fournisseurs, des employés qui vont utiliser cette « monnaie banque et donc fuir hors du circuit de cette banque publique qui devra, in fine, procéder à des soldes de compensation important. On ne sort pas de la règle selon laquelle, pour éviter les fuites de compensation il est nécessaire que les banques « marchent au même pas », c'est-à-dire que les pourcentages en part de marché des comptes de dépôts soit équilibré avec les pourcentages en part de marché des crédits. Néanmoins il faudrait sans doute adoucir mon propos si:

a) la Banque de France est prête à compenser les fuites en faisant des avances "illimitées" à cette banque

b) de nombreuses autres banques sont nationalisées

Merci d'avance de vos précisions sur ce point.
Cordialement


Re: Une demande de précision par A-J Holbecq le Jeudi 22/09/2011 à 12:48

Désolé pour la mise en page qui a échappée à mon contrôle..


Un grand... par Nick le Mercredi 28/09/2011 à 17:06

...merci de la part de quelques fonctionnaires européens... attérrés, eux aussi !

L'Europe et l'Euro seront ce que nous, citoyens, décideront d'en faire. Et oui, l'on peut faire bien plus que ce qu'une certaine paresse intellectuelle (la pensée dominante) nous dit.

Bien à vous,

Nick


Une recette inefficace (1) par Sam le Jeudi 29/09/2011 à 08:24

Bonjour Jacques,

j'ai beaucoup apprécié Les vraies lois de l’économie et La dissociété (pas mal, aussi, Le socialisme néomoderne). Maintenant, comme très souvent, on peut être à 100% d'accord avec un auteur quand il s'agit de la critique et être en grand désaccord sur le terrain des préconisations, voire ne pas pouvoir s'empêcher de penser que l'auteur n'a pas assez réfléchi à la question, à tous ses aspects, pour pouvoir proposer des solutions valables. Dans votre cas c'est très clairement le sentiment que j'ai lorsque vous parlez de l'euro.

De Nous on peut ! (Éd. Seuil) j'ai seulement lu quelques passages à cette date, notamment celui, pages 123-125, où vous présentez la recette monétaire qui est au cœur du programme du Front de gauche. Honnêtement, je ne crois pas du tout à votre idée de "pôle public bancaire" comme base d'aménagement d'une politique de gauche sans sortie de l'euro :

1) La recette que vous nous faites miroiter ne donne bien sûr aucune réponse au problème du taux de change, interne (pas de dévaluation possible au sein de la zone euro, sauf par compression des salaires et prestations sociales) et externe, qui restent entièrement livrés aux marchés financiers. Je ne m'étendrai pas là-dessus ici. Sur ce sujet, je vous invite en particulier à lire le livre de Jacques Nikonoff : Sortons de l'euro !

2) Le financement de la dette publique par la Banque de France est très explicitement interdit par l'article 123-1 TFUE. Vous laissez entendre qu'on peut désobéir à cette règle (cardinale) sans sortir de l'euro. Mais il ne fait aucun doute qu'une telle opération serait cassée par le Conseil constitutionnel : a) l'opération en question n'est pas seulement une émancipation vis-à-vis des décisions de la BCE, elle violerait directement une clause inscrite dans un traité ; pire, on pourrait imaginer à la rigueur que cela soit faisable s'il s'agissait d'une action directe de l'exécutif, mais ça ne peut pas être le cas, car b) selon la Constitution française (art. 34), c'est à la loi, votée par le Parlement, de fixer les règles concernant le régime d'émission de la monnaie ; c) il faudrait donc d'abord abroger (ou modifier) la loi de 1993 qui, modifiant la "fameuse" loi félonne de 1973, transposait les clauses monétaires du traité de Maastricht ; d) ce qui donnerait l'occasion à 60 députés ou sénateurs de la droite de saisir le Conseil constitutionnel ; e) ce dernier interdirait à coup sûr la promulgation de la loi en question sur le fondement de l'article 88-1 (il ne pourrait pas se déclarer incompétent en l'occurrence).

De la même manière, vous parlez d’une forme de bonification de certains crédits qui serait financée directement par la Banque de France. C’est inenvisageable dans le contexte du droit européen.

On ressent, d'ailleurs, que votre position sur la question n'est pas fermement établie car, si on pouvait être sûr de contourner le 1er alinéa de l'article 123, il n'y aurait certainement pas besoin d’essayer de bricoler sur la base du 2nd alinéa, avec un "pôle public bancaire".

J'ajoute une mention qui me paraît très importante, en relation avec ces points 1) et 2) : la France est soumise au régime des changes flottants, ceci depuis 1976 (Accords de la Jamaïque, dans la foulée de la rupture des accords de Bretton Woods consécutive à la décision unilatérale des USA de 1971) et jusqu'à nouvel ordre. Lequel régime (de fous) suppose que la valeur des monnaies concernées ne soit plus réglée que par la loi de l'offre et de la demande marchande (de monnaie), ce qui impose par construction l'indépendance des banques centrales des États affiliés et l'interdiction de la monétisation directe (pour que l'offre et la demande respectivement visées par la "loi" absurde en question ne se voient pas faussées). Au passage, contrairement à une idée reçue, ces conditions sont observées y compris aux USA et en Grande-Bretagne. Que la "loi de l'économie" sous-jacente soit (absurde et soit par ailleurs) le produit de choix n'enlève rien à cela : on ne monétise pas directement, comme on ne prétend pas fixer les taux de change par décret, tout en prétendant rester dans le régime de changes flottants. Et la même remarque vaut précisément pour l'euro. Maintenant, si vous tenez à ce point à rester dans l’euro…


Re: Une recette inefficace (1) par Christian B le Dimanche 30/10/2011 à 13:32


Bonjour Monsieur Sam,

 

Concernant la faisabilité légale, constitutionnelle et tutti quanti.

Que je sache le conseil constitutionnel n’est pas élu par le peuple.

 

Et même quand le peuple vote,  il n’est pas respecté :

-          Pour Maastricht , on n‘a pas pris la peine d’expliquer le fond de l’engagement    

      dans ce processus, et cela volontairement,  bien sur.

            -     Amsterdam, Nice, votés en catimini au mépris des citoyens.  

      Pourquoi  les vassaux de la monarchie s’embêteraient-ils avec des fioritures   

      républicaines !    

-         Lisbonne, 2005. Au grand dam de l’oligarchie,  les citoyens rejettent en masse

      le carcan néolibéral.

-         Février 2008, le parlement démocratiquement élu ?  (dans des conditions fielleuses ou la majeure partie des médias appartiennent à l’oligarchie, et ou le débat est muselé, pure mascarade !) foule aux pieds le vote citoyen.

 

 

Pour faire très court et répondre aux inquiétudes que vous soulevez.

Le peuple Français n’a pas à se plier ni à la structure de la Monarchie Républicaine qui s’est constituée sans son consentement éclairé, ni à la structure totalitaire de la Finance, des agences de notation etc.   Le peuple n’a pas a respecter « l’irrespectable ».

 

Il s’agit là d’un choix de société, le peuple souverain décide de ce qu’il veut comme il veut !

Rien, strictement rien, ne pourrait entraver la marche citoyenne vers la République, la vraie,

celle qui applique la maxime universelle ‘Liberté – Egalité – Fraternité ‘.  

Le chemin actuel est le plus risqué et comme dans les années 30, le salut se fera entre le choix de la lâcheté ou du courage. On n’a déjà vu ce que cela a donné.

 

Cdlt


Une recette inefficace (2) par Sam le Jeudi 29/09/2011 à 08:27

3) Puisque on ne sort pas de l'euro, en particulier, vous nous demandez de continuer (pour combien de temps encore ?...) à payer le service de la dette publique aux rentiers. Le défaut est évidemment interdit dans un système où les États sont contraints à n'emprunter qu'aux "marchés financiers". Et les État étant tous techniquement surendettés, ils ne peuvent continuer à emprunter (aux marchés) que s’ils continuent à rembourser (les marchés).

4) Et puisque, donc, on ne fait pas défaut, c'est justement mal barré pour organiser le démantèlement des marchés financiers.

5) Ainsi, au lieu, par exemple, de compter avec l'effondrement de la Bourse pour racheter des banques et des (autres) entreprises de services public, vous nous suggérez sans le dire d'aller racler les fonds de tiroir in the first place, position de faiblesse qui est celle qui nous conduit à brader les bijoux de famille et à acheter au prix fort.

5) Or une question essentielle, dans la perspective de l'application de votre recette pour composer avec l'euro (pôle public bancaire) est de savoir comment on va constituer les fonds propres de ces banques publiques (et racheter éventuellement les banques concernées).
Car on ne pourra justement pas le faire par création monétaire (ni de la monnaie scripturale bancaire ni de la monnaie fournie directement par la banque centrale...)

Lever des impôts ? Disons ici qu'il ne faudra pas trop compter là-dessus tant qu'on reste dans une UE porte-ouverte aux flux de capitaux et aux paradis fiscaux (dont tous ceux qu’elle héberge).

Au passage, quand on parle de barrières douanières "à nos frontières", il nous faut évidemment préciser si on entend par là les frontières de la France ou celles de l'UE. Ce qui change tout, bien sûr. Voyez par exemple la balance commerciale avec l’Allemagne.

S'agissant des capitaux, vous savez bien que l'interdiction totale d'entraver leur "libre-circulation" même aux frontières extérieures de l'UE a été décidée précisément pour assurer la police (la domination proprement totalitaire des "marchés financiers") protégeant le régime monétariste de l'euro. Autrement dit, c'est l'élément clé permettant d'imposer la dictature des marchés financiers sur le gouvernement (tant qu'on reste dans l'euro...)

Les euros - monnaie d'usage national continuant par construction (marché commun) à circuler librement de la France vers les autres États membres de l'UE, ils iront de là tout aussi librement partout sur la planète, à la vitesse de la lumière, et en reviendront tout aussi librement.

Revenons à nos moutons : en attendant, il y a toute raison de penser que les citoyens paieront une fois de plus le prix (très) fort pour mettre en place votre pôle public bancaire. Cela simplement pour accéder à une recette qui, au mieux, ne règlera que très marginalement le problème (j'y viens). Au passage, excusez-moi, on commence à voir que cette recette sent fort l'aménagement social du néolibéralisme...

Sinon, donc, il faudra mobiliser des fonds publics déjà existants. Où sont-ils ? Quels sont-ils ? Je crois en tous cas qu'ils ne peuvent pas être bien gros (j’y viens).

Pour les avoirs en titres financiers, il ne faut pas oublier qu'au présent, ils rapportent (au public). Eh oui, tout le monde place, pour ne pas se trouver avec des avoirs qui rapportent zéro (moins l'inflation) tandis qu'on paie les intérêts aux autres. Tout le monde (pas moi...), même le Trésor, même la Banque de France (qui place, par exemple, ses réserves de devises sur des comptes de dépôt à vue et surtout à terme… -- et qui détient aussi plein de produits dérivés, notamment des swaps, passons).

Le système que vous proposez se base sur l'idée que les banques publiques seront libérées du coût de la rémunération des actionnaires... Fort bien ! Mais si l'actionnaire est public, ce sera là un manque à gagner qu'il faudra bien compenser par ailleurs.

De même pour les autres avoirs. S'il s'agit de les vendre pour dégager les fonds propres nécessaires, l'État, les administrations et les collectivités locales perdront en même temps la rente qui allait avec.

Pire, vu ce qu'il nous reste de bijoux de famille côté services publics, je nous vois mal soutenir leur sacrifice...

Encore une fois, le fait d'opérer dans le mauvais ordre (avec ce bricolage) nous fera payer le prix fort. Il s'agit précisément de commencer par organiser l'effondrement de la valeur commerciale des titres et autres avoirs qu'on vise avant de les racheter. Estimez-vous tolérable qu'un gouvernement de gauche fasse payer (encore une fois) le prix fort aux citoyens pour reprendre un service public qui devrait déjà leur appartenir ?


Une recette inefficace (3) par Sam le Jeudi 29/09/2011 à 08:35

6) Après le ratio de fonds propres, le ratio de liquidités. Et là, plus encore que pour les fonds propres, je le crains, ça coince. A première vue, je ne crois pas du tout à l'astuce que vous évoquez. Dans votre livre, vous écrivez :

"Certes, comme toute banque, une banque publique doit avoir un compte à la banque centrale suffisamment créditeur pour faire face à des retraits en billets (si c'est une banque de dépôts) ou pour régler ses soldes de compensation avec les autres banques. Toutefois, si les crédits des banques publiques financent principalement des organisations (entreprises, administrations, etc.) astreintes à détenir leur compte principal auprès des banques publiques, alors ces crédits n'engendrent aucun retrait de billets et peu de sorties nettes de liquidités hors du pôle public bancaire. La monnaie créée par les crédits publics circule principalement par virements de compte à compte au sein des banques publiques et génère très peu de besoin de liquidités en compte à la banque centrale."

D'abord, il me semble tout à fait déraisonnable (quelqu'un d'autre vient de pointer ce problème) d'imaginer que la monnaie ne circulera que marginalement entre ces banques publiques et les autres banques (privées). Car les agences publiques et certaines entreprises (lesquelles ?) auront beau être astreintes à avoir leurs comptes dans les premières, elles n'en seront pas moins forcées de continuer à exercer leurs fonctions dans la sphère économique et sociale, réelle, qui, elle, implique une quantité de paiements énorme, et assurément majoritaire, d'agents (fonctionnaires, fournisseurs, etc) n'ayant pas leurs comptes dans ces banques (à moins que vous veuillez nationaliser toutes les banques !... Pourquoi pas, mais alors pourquoi ne pas le dire ?) 

Mais là n'est pas le problème. Disons que vous vous êtes peut être mal exprimé ici. Le principe de base consiste effectivement à limiter au maximum les règlements en monnaie banque centrale entre les banques publiques et les autres banques. Mais vous semblez avoir oublié momentanément que les banques commencent par opérer une compensation et que seuls les flux nets impliquent des versements en monnaie banque centrale (ce qui change tout).

Plus exactement, donc, pour que ladite astuce fonctionne, il faut et il suffit que les banques publiques dans leur ensemble gardent une part stable (sinon croissante) de "chiffre d'affaires" en termes de dépôts (oublions ici la distinction dépôts à vue / épargne) et que cette part soit à la hauteur de celle des crédits alloués par ces banques. Dans le système en place, l'ensemble des banques peut créer énormément de monnaie (scripturale) par le crédit mais la proportion de monnaie que chaque banque peut créer est à limitée à hauteur de la proportion des dépôts de ses clients.

Donc le problème n'est pas (heureusement) de limiter le volume des règlements entre les comptes hébergés dans les banques publiques et ceux hébergés dans les autres banques, mais de minimiser le flux net, autrement dit la capacité des agents publics à équilibrer recettes et dépenses.

Le vrai problème, ici, est donc de savoir si les clients de ces banques vont pouvoir mobiliser beaucoup d'épargnes, sans quoi ils n'auront que peu de crédits. Or qui seront les déposants ?

Le problème est que tous ces agents que vous citez -- État, administrations publiques (et collectivités locales, j'imagine), et "entreprises" -- ont comme caractéristique commune d'être structurellement emprunteurs. Autrement dit, on ne s'attend pas, en général, à ce que le niveau de leur épargne soit important au regard de leurs besoins de crédit.

7) Le vrai fond du problème : la rémunération de l'épargne.

Vous parlez d'affranchir certaines banques de la recherche de la maximisation de leurs profits, autrement dit du coût de la rémunération des actionnaires.


Il faut déjà rappeler que la plus grande part, de très loin, des flux d’intérêts payés par les emprunteurs ne rémunère pas les actionnaires (des banques et autres sociétés de crédit) mais les épargnants. C'est le cas au présent, en dépit des marges énormes que se font les banques. J'ai évalué la distribution (en France) en gros à 1/5 pour la rémunération des fonds propres et 4/5 pour celle des déposants épargnants (l'ensemble représentant environ 2/3 des quelque 100 milliards d'euros d'intérêts payés aux anques annuellement par les emprunteurs, entreprises, particuliers et collectivités locales -- en réalité, la part de ces rentes est sans doute bien plus élevée encore). En effet, la "couverture virtuelle" des crédits se fait, pour chaque banque, en mobilisant de l'épargne, dont une majorité écrasante est constituée non pas de fonds propres mais de dépôts à terme. On peut d'ailleurs observer que, de manière constante, il y a quasi-égalité entre M3 et l'encours de crédits bancaires.

Donc, à supposer qu'on ait assez de fonds propres et que les actionnaires (publics) acceptent de s'asseoir sur une rémunération de ces fonds propres (en allant chercher ailleurs les recettes qu'ils devront faire de toutes manières, il n'y a pas de miracle), il reste encore à poser la question, bien plus décisive encore, de la rémunération des épargnants.

Déjà, est-ce que ces déposants épargnants seront les mêmes agents que ceux dont vous parlez, ou bien vous comptez sur les dépôts de nombreux citoyens ? Ca n’est pas clair, et c’est d’autant plus ambigu que vous écrivez ensuite :

"si vous souhaitez orienter l'argent vers d'autres priorités que celles des banques privées d'aujourd'hui, rien n'est plus simple : utilisez et soutenez financièrement les banques publiques ou coopératives qui ne cherchent pas à maximiser leur profit, ou créez ces banques si elles n'existent pas ! Ce n'est pas l'euro ou le franc qui font ici la vraie différence : c'est une politique du crédit."

Vous résumez très bien le problème ainsi. Mais outre que ça ne règle pas, de très loin, notre problème avec l'euro (voir les points 1 à 4), il faut bien préciser ce que ça signifie en termes de flux financiers.

Ça veut dire, en substance : toi qui es de gauche, tu peux parfaitement contribuer à financer des services publics en acceptant simplement que ton épargne ne soit plus rémunérée... C'est vrai. Mais pour être bien au clair, il faut finir la phrase : tu peux accepter de ne plus recevoir de rémunération de ton épargne ... malgré le fait que le système te fait payer des intérêts directement ou indirectement sur un tas de choses que tu consommes (toutes les productions financées par le privé) et malgré le fait que, pendant ce temps, un tas d’autres citoyens ne vont pas s’assoir sur leurs rentes…

Soit. Mais il y a déjà des coopératives bancaires. Concept que certains à gauche, au passage, préfèreront peut-être à celui d'un gros système central de banque nationalisées. Et ils le préfèreront d'autant plus, justement, qu'avec ce "pôle" de banques publiques il s'agirait en gros, pour nos amis de gauche de contribuer volontairement à l'entretien des services publics en général malgré le fait que les autres (à droite, disons) ne le feraient pas. Tandis qu’avec des coopératives bancaires, ils peuvent penser qu’au moins ils auront plus de pouvoir direct s’agissant d’orienter les choix d’investissements financés (et pour en avoir plus de retombées que ceux qui ne "cotisent" pas).

Vous parlez également d'astreindre des "entreprises" à avoir leurs comptes dans ces banques publiques. S'agirait-il d'entreprises publiques uniquement ? Dans le cas d'entreprises privées, je serais fortement étonné que cette astreinte soit autorisée par le droit européen et son cadre de libéralisation financière. A voir. Mais là encore, il faut bien distinguer les choses : cette astreinte en soit est une chose, mais ce n'est évidemment pas la même chose si elle signifie que, de surcroit, les entreprises concernées sont forcées de placer leur épargne sous forme de dépôts à terme (ou de prises de participations) dans les banques publiques en question, et d'accepter que cette épargne ne soit pas du tout rémunérée ou le soit à des taux nettement inférieurs à ceux du "marché". Difficile de voir la compatibilité avec le principe d'interdiction de toute entrave à la circulation des capitaux et plus largement avec un système basé sur le dogme de l'efficience des marchés financiers.


Quoi qu'il en soit, je crains que les seuls agents que vous puissiez ainsi astreindre soient précisément des agents qui sont structurellement emprunteurs et que donc, vous ne pourrez ainsi "multiplier les pains" par le crédit public qu'en proportion d'épargnes maigres, ceci jusqu'à nouvel ordre, savoir une réforme ambitieuse du système monétaire et bancaire impliquant en particulier une sortie de l'euro.

Parlant de réforme ambitieuse : à quand un économiste de gauche qui défendra un système type "100% money" (Fisher, Allais), dans lequel l'intégralité de la monnaie est créée par l'État, le produit revenant aux citoyens, système qui mettrait fin au passage à la pyramide de dettes sur laquelle repose le régime monétaire actuel et aux crises financières à répétition qu'il provoque ?


Re: Une recette inefficace (3) par Bertrand le Samedi 01/10/2011 à 15:06

Bonjour Sam

C' est dommage que vous n' ayez lu que quelques passages de "Nous on peut !" Si vous l' aviez lu en entier, cela aurait donné plus de poids à votre argumentation.
Pour ma part, je pense qu' il ne faut pas s' arrêter à une mesure mais prendre l' oeuvre dans son ensemble.
Je pense que vous n' avez pas perçu le rôle du politique pour faire passer des mesures techniques d' ordre économique.
Le titre est "Nous on peut ". Il s' agit bien de nous, ce n' est pas Jacques Généreux qui tout seul dans son coin et en bon économiste qu' il est va prendre toutes les mesures d' ordre technique pour nous sortir du pétrin dans lequel nous ont mis les politiques néo-libérales.
Sans implication populaire et sans rapport de forces politique en vue de mieux répartir la richesse, il n' y a pas de sortie de crise possible pour les pauvres et les classes moyennes.
Ca passe par le vote, les syndicats ... et notre poids au niveau européen.

Bon week-end

Bertrand


Re: Une recette inefficace (3) par Sam le Lundi 10/10/2011 à 11:45

Bonjour Bertrand,

bien sûr qu'il faut lire et juger les livres dans leur entier. J'ai lu celui-ci dans les jours qui ont suivi.

Si je me suis permis de relever un passage particulier et d'y répondre, c'est que je connais déjà pas mal la position de l'auteur (et de la direction du Parti de Gauche) sur les questions européennes. Et je dois dire qu'après lecture intégrale, je n'ai pas de raison de revenir sur ce que j'ai écrit ici. Par contre, j'aurais bien d'autres questions à soulever et d'autres arguments à exposer pour dire que Jacques Généreux a tort de défendre la monnaie unique européenne.

Je pense avoir plutôt bien "perçu le rôle du politique pour faire passer des mesures techniques d'ordre économique". Et je m'emploie surtout à suivre cette même approche. Mais je connais les traités européens mieux que les traités d'économie.

Bien sûr que la technique est au service de la politique, pas l'inverse. Mais la politique, c'est faire des choix. Et je dis qu'on ne peut pas courir deux lièvres à la fois, en l'occurrence la gauche et l'Union européenne, comme le faisait remarquer Samuel (commentaire n°3).

Fraternellement,

Sam






Re: Une recette inefficace (3) par A-J Holbecq le Lundi 10/10/2011 à 20:17

Il me semble que l'exemple de Dexia montre qu'une banque qui n'a que peu de dépôts se retrouve facilement en déséquilibre ... toujours cette loi de Keynes  (encore que je ne l'ai pas retrouvé sans ses écrits) selon laquelle "les banques doivent marcher au même pas..."


Re: Une recette inefficace (3) par samuel le Jeudi 13/10/2011 à 20:40

 Cher homonyme,

  La parole politique ne cherche pas seulement a dire le vrai, mais aussi l'opportun dans le cadre d'une strategie de prise de pouvoir.

  Même si peut-être ce que dit Jacques Genereux, au sujet du programme du Front de Gauche, n'est pas toujours vrai (ce programme appliqué tel quel ne relancerait pas si bien que ça la croissance a cause de l'absence de mesures protectionnistes, ou bien il serait tel quel difficile a appliquer juridiquement), ce qu'il dit est en tout cas surement opportun.

  Soit ils ne prennent pas le pouvoir, mais ils suscitent un espoir et font grandir les forces de gauche auxquelles ils appartiennent. Dans ce cas les problemes techniques de leur programme n'importent guere.
 
  Soit ils prennent le pouvoir apres avoir suscité un grand espoir d'ameliorer la vie des gens, et alors peut-être que l'obligation de tenir leur promesse, conjointe aux effets escomptes de leur programme tel quel, les forceront a modifier ce programme au fil du temps. Et alors aussi les problemes juridiques seront resolus par la force de la volonté politique, l'UE etant peut etre, dans une certaine mesure, une construction de papier qui ne fait pas le poids face a la volonté d'un peuple.

  Personnellement ce qui m'embete le plus dans tout ça, ce n'est pas que le Front de Gauche puisse avoir du mal a parvenir a ses fins, mais c'est plutot les fins qu'il poursuit. Le reve d'une grande revolution a l'echelle de l'Europe passant avant le bonheur des français. Et l'absence de limite a l'altruisme (regularisation de tous les etrangers en situation irreguliere), l'absence d'un cote "conservateur", "patriote", attaché a "l'autorité", dans la mentalité du Front de Gauche... Mais bon on ne va pas non plus demander au Front de gauche de devenir conservateur...


Mon calcul sur le SMIC par Eric le Samedi 01/10/2011 à 14:09

Lors de son passage à CAPITAL sur M6, JLM a pretendu que le SMIC en 1982 etait a 4200€, puis que mtn il devrait etre à 1700 bruts pour retrouver ce niveau de pouvoir dachat.
J'ai fait le calcul et je narrive pas à ces chiffres. Je demande donc a mediation de M. Genereux:

Voici mon calcul:

_______________________________
...

Pour l’inflation, je suis allé sur
http://france-inflation.com/inflation-depuis-1901.php

inflation cumulée 1982-2011 : 2451/1159= 2,11 soit 1″€ » de 1982 vaut 2,11 € d’aujourd’hui

Pour le SMIC,
http://fr.wikipedia.org/wiki/Salaire_minimum_interprofessionnel_de_croissance#.C3.89volution_historique_du_SMIC_horaire_brut_en_euros

rapport SMIC 1982-2011 nominal:
9/3,09 = 2,9

Donc evolution REELLE hors inflation du SMIC de 1982 à 2011:

2,9/2,11= 1,37 ou +37%

ZUT

Le SMIC a donc AUGMENTE de 37% en termes réels, contrairement a ce que dit JLM.
_______________________________

sur le montant du SMIC:

il etait de 3400 FFen 1982, selon lINSEE..
_______________________

Et pourtant je soutiens lidee dun smic a 1700€ bruts, puis nets, mais je la voudrais fondée sur un argurmentair plus solide et factuellement irreprochable.

Jen appelle a M. Genereux pour mettre un peu dordre dans tt cela.

De plus, svp intervenz aupres du webmestre du site de JLM qui censure mon post, alors quil est constructif et respectueux. Cela jette une image trouble que de supprimer meme les critiques bienveillantes.


Re: Mon calcul sur le SMIC par Eric le Samedi 01/10/2011 à 14:14

correction: en premiere ligne de mon post, lire "FF" au lieu de "€"


Re: Mon calcul sur le SMIC par Convaincue le Samedi 01/10/2011 à 14:28

 Le webmestre du blog de Mélenchon censure tout ce qui n'est pas hagiographique ou dans "la ligne"! Moi qui ai connu le PCdes années 70 et suivantes, j'y retrouve le plus pur stalinisme!
Émettre fût-ce une réserve, une critique, et vous voilà éjectés. C'est regrettable, et fait fuir des gens qui ne demandaient qu'à être convaincus, mais voulaient des arguments, et non de la censure.
J'ai été moi aussi victime de ces pratiques, mais voterai cependant pour le FDG, bien que j'aie des réserves sur certains points du programme .
Amitiés


Re: Mon calcul sur le SMIC par Eric le Samedi 01/10/2011 à 14:31

100% daccord.

J Genereux ne devrait pas seffacer comme cela devant JLM.


conventions sociales par rom le Lundi 03/10/2011 à 22:33

bonjour,
bien sur que oui , "on peut".
en réalité on pourrait même aller beaucoup plus loin si souhaité.
tout est question de choix de société, de conventions sociales, de savoir qui dirige deja et ensuite qu'est ce qui est choisi.
les ciotoyens ont tellement l'habitude (en tout cas ma génération-j'ai 35ans) de s'être fait voler (d'avoir abandonné?) le pouvoir et en même temps d'avoir été trahi par la classe politique que notre culture contient par defaut la pensée qu'on ne peut rien faire d'autre ... la mondialisation vous pensez bien c'est pas quatre rigolos qui agitent un drapeau tricolore qui pourront decider quoi que ce soit.
mais c'est tout simplement inexact.
les seules conditions nécessaires sont une volonté populaire et une volonté politique qui va exactement dans le même sens. je me permets au passage de remercier l'action de tout le Front de Gauche qui est déterminante en ces heures "sombres" (sous entendu voulues sombres mais qui pourraient ne PAS l'être) et surtout de leur rappeler l'énorme responsabilité qu'ils portent a travers leur action. la France mettrai 10 ans minimum a se remettre d'une nouvelle approche de gauche qui n'en serai pas une (si elle s'en remet un jour).
pour ma part j'ai du pratiquement dévorer toutes les apparitions video sur le net de Mr Bernard FRIOT , de Mr Jean-Luc MELENCHON et enfin de Mr Jacques GENEREUX (ordre chronologique).
tout ceci n'est qu'une question de choix de société, on pourrait même (je ne dis pas que c'est forcement ce que je souhaite) passer le nombre des fonctionnaires a 100% des salaries , si la volonté populaire et politique était la en symbiose il n'y aurait aucun empêchement majeur.
on peut également facilement donner l'équivalent des droits au salaire des hommes aux femmes si on choisi une autre convention sociale (en mettant momentanement les problemes eventuels de machisme de coté, une femme accouche en moyenne d'au moins 1.5 enfant et il faut la remplacer , il y a des "frais" d'entreprise , des interferences au travail (former le/la remplacant(e)) , ca coute ca coute... c'est une honte. tant que ce sera le pognon d'abord , a moins de supprimer toute la protection sociale des femmes enceintes ou que les hommes puissent accoucher aussi , ca coutera toujours plus cher une femme qu'un homme au travail , en moyenne , a qualification égale , compétence égale ...
mon exemple un peu primitif je vous l'accorde montre bien (j'espere ) que les choix de société sont déterminants. a l'heure d'aujourd hui on a reussi a nous faire avaler les emplois jeunes , bientot les emplois vieux (dites senior si vous preferez) mais on bondirai sur des emplois rouquins ou emplois unijambistes en criant au scandale. pour combien de temps ?
on peut
on peut
on peut
si on veut


Nous on peut page 37 par RV le Mardi 04/10/2011 à 08:58

Nous on peut, page 37

"Le « compromis fordiste » instaure dans les entreprises un partage des gains de productivité plus favorable aux salariès ;"

Pourquoi parler de gain de productivité et pas de richesse produite ?
A mon sens qu'il y ai gain de productivité ou pas, il y a création de richesse.
Le gain de productivité produit un gain de richesse, bien sur, mais le meilleur partage de la richesse passe-t-il nécessairement par un gain de productivité ?


Etre ou ne pas être un Etat fragile ? par RV le Mercredi 05/10/2011 à 09:02

Bonjour,
comment conciliez vous ce rapprochement ?

page 48
Alors croyez-vous encore que ce que la Malaisie peut décider seule, des Etats autrement riches et puissants d'Europe occidentale ne pourraient pas le faire ?

page 85
A peine sauvé par l'argent public, de grandes banques se précipitent pour spéculer contre la dette publique ! En commençant par les petits Etats les plus fragile, comme la Grèce.


Personne ne va venir saisir l'Acropole . . . par RV le Jeudi 06/10/2011 à 08:58

Bonjour

vous écrivez page 95

"Quand un Etat ne paye plus ses dettes, il n'y a que ses créanciers qui risquent la faillite ! Personne ne va venir saisir l'Acropole si Papandrèou ne rembourse pas la dette grecque ! Le pays ne va pas disparaître, son patrimoine ne va pas être liquidé..."

Mais n'est-ce pas exactement ce qui est en train de se produire en Grèce  ? !


Dédicace par Garbe le Jeudi 06/10/2011 à 10:20

 A quand une séance de dédicace de ce livre à Paris ? 


Nous le pouvons!! par Françoise Dinand le Jeudi 06/10/2011 à 12:25

Bonjour

Pour ma part je considère que ce livre est excellent, sa lecture est facile et donc accessible au plus grand nombre d'entre nous qui ne sommes pas des économistes , il apporte aussi les solutions à "la grande régression"  dont nous sommes les victimes depuis bientôt un quart de siècle 
Nous devons tout faire pour changer ce monde impitoyable
Merci encore à Mr Généreux pour ce petit bouquin génial


par Jay le Vendredi 07/10/2011 à 12:35

 Mercredi, il n'y avait plus qu'un seul exemplaire de "nous on peut" à FNAC Grand Place Grenoble, que j'ai pu acquérir. Par contre plus un seul exemplaire du "programme partagé" (épuisé, m'a-t-on dit).
Amitiés et courage.


l'interdiction pour l’Etat de se financer auprès de la Banque de France par RV le Samedi 15/10/2011 à 22:04

Bonjour

lu sur :
http://www.pauljorion.com/blog/?p=29656#comment-240475
____________________

En ce qui concerne la France, l’interdiction pour l’Etat de se financer auprès de la Banque de France existe depuis la Loi n°73-7 du 3 janvier 1973 et son article 25 : « Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France. »
Cet article a été en effet repris dans le traité de Maastricht, en 1992.
____________________
vérification sur :
http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=19730104&pageDebut=00165&pageFin=&pageCourante=00166
____________________

et moi qui croyait que c'était l'Europe qui avait institué cette règle !
j'en suis tout décontenancé . . .

un commentaire monsieur Généreux ! au secours . . . !


MONNAIE UNIQUE ENTRE ÉCONOMIES DIFFÉRENTES ? par Hadrien le Jeudi 20/10/2011 à 19:25

LE LANCEMENT DE L’EURO COMPORTAIT-T-IL UNE ERREUR INSTITUTIONNELLE… VOULUE ?

Tous les économistes l’ont souligné: il n’y a pas d’exemple d’union monétaire à devise unique qui ait survécu avec des pays économiquement distincts conservant leur souveraineté. L’émission d’emprunts d’Etat, lorsque celle-ci est récurrente, constitue en effet l’épreuve de vérité:
1/ un pays souverain, qui la main sur sa propre Banque centrale, peut toujours alléger le fardeau par la monétisation, fut-elle indirecte. C’est le cas des Etats-Unis, pourtant plus mal en point que la zone euro, et où la Fed a procédé à près de 2000 milliards de dollars de rachats, depuis la crise.
2/ un pays qui a renoncé à ce droit au profit d’une entité commune, se voit contraint d’en référer aux autres membres en cas de nécessité. Si les autres acceptent d’en partager les conséquences (accrocs à la BCE, FESF, bons européens, etc.), cela revient à faire bourse commune.
Or, faire bourse commune c’est le fondement même de la fédéralisation…
Croire que les iniateurs de la création de l’euro, où tous les banquiers centraux étaient partie prenante, auraient été inavertis de cette logique, serait leur faire injure.
La zone euro n’a donc plus le choix qu’entre deux alternatives:
- le retour en arrière par la dissolution de la zone… car la divergence grecque touchera vite d’autres pays.
- la fuite en avant par le pas décisif de la fédéralisation monétaire… qui entraîne sans peine les suivants.
Les politiques et les opinions ont beau se débattre, les faits et les échéances sont là!
(De Merkel et Papandréou, quel est aujourd'hui le plus piégé des deux?)

Ainsi se vérifie la stratégie esquissée par Jean Monnet lorsqu’il prononça les mots célèbres:
L’Europe ne se fera pas d’un coup, mais par petites touches, à petits pas…
l’un de ces pas dans l’esprit du banquier Monnet étant celui d’une monnaie (c'était fatal!) européenne susceptible, au passage, de disputer peut-être un jour au dollar son rôle de monnaie de réserve.

En tout état de cause, on ne peut rester assis entre les deux chaises: c'est l'une ou l'autre mais certainement pas quelque chose de viable entre les deux!
A droite, Dupont-Aignan et même Marine Le Pen l'ont compris...
Or, ce n'est pas le cas à gauche qu'il s'agisse de Mélenchon, Montebourg ou Chevènement... Votre livre, en particulier, ne tranche pas ce point et semble même inclin à éviter le fédéralisme tout en gardant l'euro. Est-ce bien raisonnable ?
Pourriez-vous répondre ici de façon plus précise... à titre personnel si besoin est ?


L'ARNAQUE MORTELLE DE LA DETTE ET COMMENT S'EN SORTIR EN DOUCEUR par Hadrien le Jeudi 20/10/2011 à 19:43

Un seul armateur grec interrogé il y a peu sur «C dans l’air» avouait un chiffre d’affaires de 20 milliards d’euros pour zéro impôts. Et ils sont nombreux…(deuxième flotte marchande mondiale)!
Conclusion: il y a collusion de longue date entre les pouvoirs politique et financier, contrelesquels le peuple grec s’insurge et ne peut pas grand chose. Lorsqu’un Caramanlis de droite est grillé, les médias aux mains des mêmes mettent en scène un Papandréou social-démocrate, et l’on repart pour un tour!
C’est évidemment la même chose chez nous.

L’ARNAQUE DU « PUITS SANS FOND »

L’endettement public est bien une arnaque pour les peuples, en deux temps:
- les dirigeants politiques se font élire en perpétuant le clientélisme auprés des lobbies qu’ils ménagent (en Grèce, ce sont les riches armateurs et l’église orthodoxe qui sont exempts d’impôts; en France c’est Total ou BNP off-shore, Bettencourt sans ISF l’année prochaine, etc.).
- c’est aux mêmes puissances financières que s’adresse ensuite l’emprunt de ce qui ne leur a pas été prélevé en impôts. C’est alors non seulement sauvegardé, mais ça rapporte une rente que l’on veut pérenne.

Les agences de notation financières sont là pour rappeler aux peuples assujettis la carotte et le bâton selon un scénario bien huilé qui fait jaser dans les chaumières (le pays est endetté parce que nous sommes « des fainéants… », dixit Peyrelevade)
Mais on ne dit pas ce qu’il advient chez les peuples modèles du capitalisme:
Comme l’ont rappelé Marianne et Footnote, l’Allemagne a vu son pouvoir d’achat baisser chaque année durant la dernière décennie et, en Chine, la pression sur les salaires fut telle que leur part du PIB a diminué malgré l’augmentation des effectifs!
Dire où passe la différence, c’est dire à qui profite le crime…

Chez nous, il faut croire que l’arnaque du « puits sans fond » de la dette, qui est une « affaire rentable » pour certains, n’apparaît pas encore clairement à tout le monde. Dans l’ouvrage « Changer de civilisation » (excusez du peu!) édité chez Odile Jacob par « Martine Aubry avec 50 chercheurs et citoyens », voici ce qu’écrit en substance Henri Sterdyniak, Professeur d’économie à Paris-Dauphine, répétant le dogme qui nous a conduit là, sous un paragraphe « La dette ne coûte rien ».
p.395:
« Supposons que le taux d’intérêt moyen sur la dette soit de X% (4%). Pour stabiliser la dette à Y% (60%) du PIB, un déficit de XY% (2,4%) suffit. Dans ce cas, le coût de la dette, c’est à dire le solde primaire nécessaire pour la stabiliser, est nul. Si la France avait une dette nulle qu’elle souhaitait maintenir, le solde primaire devrait l’être aussi; le gain en termes de marge de manoeuvre budgétaire serait nul par rapport à la situation actuelle.
La dette ne coûte rien tant que le taux d’intérêt (aprés impôt) est inférieur au taux de croissance. »

L’erreur manifeste est qu’entre les deux situations (endettée ou non-endettée) pour un même pays, le taux de croissance ne peut rester le même: le service de la dette aux marchés est autant de prélevé annuellement sur notre économie productive (2/3 vont à l’étranger, et le tiers restant aux nationaux les plus fortunés qui, ne pouvant le consommer, le capitalisent… notamment en nouvelles obligations).
Sans cela, l’auteur n’aurait même pas besoin d’ajouter la précaution de sa dernière phrase, car le taux de croissance inclue toute l’économie: selon sa logique, que le taux d’intérêt le dépasse ou non n’aurait alors aucune importance si le pays le supporte en gardant la même croissance.
C’est bien cette logique qui est à l’oeuvre pour la Grèce: on demande au peuple grec de réduire ses salaires tout en comptant sur le même taux de croissance.

L’auteur se contredit plus loin sur ce point, en notant lui-même:
p.396:
« Pour réduire la dette de 90% du PIB à 60%, il faudrait un effort de 3% du PIB pendant dix ans. Imaginons que les pouvoirs publics dégagent ces trois points, faudrait-t-il les consacrer au désendettement (au risque de nuire à l’activité) ou à la recherche, à l’enseignement, à la formation, au soutien à l’innovation industrielle? »
Faire un effort annuel de 3% serait donc inadéquat, mais se mettre dans la position d’abandonner chaque année plus que cela (90% x 3,5%) à des créanciers sans retour ne le serait pas?

LA « MARTINGALE » MORTELLE

C’est tout simplement la « martingale » de la fuite en avant, bien connue au jeu de roulette:
- le joueur, lorsqu’il perd, mise le double en attendant de gagner. Il récupèrera ainsi toutes ses pertes!
On démontre évidemment que c’est faux lorsqu’on intègre l’inévitable plafond empêchant de grimper à l’infini. La seule fois où le joueur atteint ce plafond (et il l’atteindra nécessairement s’il continue de jouer avec cette « martingale »), il reperd plus que tous ses gains!
Ceux qui se sont entêtés en repoussant le plafond se sont finalement ruinés en laissant tout leur argent à la banque du casino…

C’est ce qui est en train d’apparaître au grand jour: en réempruntant constamment pour payer les échéances d’une dette croissante, comme le faisait le joueur de Dostoievsky, on approche d’un plafond…

C’est la raison pour laquelle on ne peut sortir du piège qu’en changeant les règles du jeu, comme la sortie en douceur dans la solution où le Nord adopterait un euro-mark, laissant aux pays du Sud l’euro nominal et donc la faculté de modifier l’interdiction pour sa Banque d’émission (BCE), de financer les Etats endettés.
C’est aussi une sorte d’optimum de Pareto, où Nord et Sud y gagnent (à cet égard) en remboursant en euros factuellement dévalués. Et ce sont bien les banques et les rentiers qui y perdent.
Evidemmment, il faut pour cela un changement de régime… et pas seulement remplacer l’UMP par le PS: Jean Paul Fitoussi, qui insufflait à Jospin cette philosophie de « la dette ne coûte rien » est aujourd’hui le conseiller de Sarkozy!

COMMENT EN SORTIR EN DOUCEUR

Toutes les propositions actuelles butent sur l’énormité de la dette à rembourser en euros actuels. Comme il apparaît clairement, c’est entre 20 et 4O ans de remboursement qui seraient nécessaires pour un pays comme la France…
Que dire alors d’un pays comme la Grèce?

La solution consistant à ce que l’Allemagne et ses satellites, comme ils commencent à l’évoquer, reviennent à une monnaie séparée comme le mark, résoudrait tous les problèmes à la fois:
Il est important pour que cela fonctionne que les autres pays gardent nominalement l’euro, mais avec une nouvelle politique monétaire rendue possible par l’absence de l’Allemagne et son orthodoxie héritée de l’Ecole Autrichienne. La dévaluation factuelle de cet euro par les marchés réduirait en réalité continuellement le service de la dette libellée en euros, débloquant la situation pour les pays méditerranéens et la favorisant encore plus pour l’Allemagne et ses satellites dans leur nouvelle monnaie forte.
Dans ce scenario, il est crucial que ceux qui s’accomodent de l’euro-mark actuel (Allemagne, Autriche, Pays-bas, Luxembourg, Finlande) soient ceux qui sortent de l’euro, pour permettre aux autres pays de retrouver leur souveraineté sur l’euro en redonnant son statut normal à la Banque Centrale (privilège d’émission).
L’euro redeviendrait ainsi une monnaie comme les autres (y compris le dollar), tout en laissant l’euro-mark à ceux qui s’en accomodent.

Le schéma est trés souple: en cas de recours abusif à la monétisation de la part de membres du «Club Med », un pays comme la France pourrait à son tour sortir pour retrouver son franc, qui deviendrait plus fort que l’euro nominal restant, etc.
L’essentiel est de laisser l’euro nominal à ceux qui en ont le plus besoin pour rembourser en euros dévalués.
Le schéma comporte un autre avantage: plus les spéculateurs dévalueraient l’euro nominal restant, plus ils se punieraient eux-mêmes en dévaluant leurs remboursements nominaux dans cette monnaie.
Evidemment, tous les banquiers et rentiers de la planète protesteront à l’encontre de ce schèma, mais c’est la seule issue à l’erreur d’aiguillage historique d’une monnaie unique pour des économies divergentes.
Espérer que ces dernières convergent à terme, c’est attendre le jour où l’économie de la Sicile sera celle de la Bavière!

L’autre solution, préconisée par les européens acharnés, a également sa logique: elle consiste à proner l’abandon total de souveraineté des pays qui deviendraient ainsi les provinces d’une Europe fédérale. On pourrait alors compenser l’économie sicilienne par celles des bavarois au moyen du
budget fédéral, comme on le fait aujourd’hui entre la Corse et l’Ile de France au moyen du budget national.
Reste à savoir, outre le fait que l’Allemagne n’est pas près d’y souscrire, laquelle des deux solutions est la plus utopique: la première qui arrête le poison, ou la seconde qui recommande d’en boire toujours davantage…tant qu’il ne nous a pas tués?
Car, si tous les pays étaient d’accord, on aurait déjà un monde fédéral, ce qui aurait résolu au passage tous les problèmes de mondialisation sous leur forme actuelle…


Re: L'ARNAQUE MORTELLE DE LA DETTE ET COMMENT S'EN SORTIR EN DOUCEUR par Footnote le Lundi 24/10/2011 à 19:02

IL N’Y A PAS QUE SARKOZY QUI ROULE POUR LES BANQUES

En France, ni Sarkozy, ni Hollande, ni Bayrou ne se differentient sur les points fondamentaux que sont:

- la dette publique aux mains des banques depuis 1973,
http://postjorion.wordpress.com/2011/10/05/210-a-j-holbecq-creation-monetaire-en-15/
- la monnaie unique surévaluée à l’ombre de laquelle notre industrie est en train de mourir, ainsi que le statut de la BCE qui empêche de monétiser la dette publique,
etc…

Nous sommes, depuis ce week-end et jusqu’à mercredi, submergés d’infos en provenance de Bruxelles sur le sommet monétaire, qui va même concerner les 27 sur demande du Premier ministre britannique, et personne ne fait la remarque :
Peut-on rappeler que notre dette, que Moody’s vient de mettre en surveillance, n’existerait tout simplement pas si l’on n’avait pas interdit au Trésor de se financer auprés de la Banque centrale en 1973, interdiction renforcée avec l’euro et les statuts de la BCE ? … car l’essentiel de cette dette représente les intérêts cumulés depuis lors !
Ces intérêts représentent cette année queques 50 Milliards, soit l’intégralité de l’impôt sur le revenu, et ils vont continuer d’augmenter ! C’était aussi la totalité de la dette avant la crise…

Or, Il faut rappeller qu’il s’agit là d’un cadeau fait aux banques, qui est pur bénéfice et ne leur coûte aucun frais d’infrastructure (les écritures électroniques sont liquidées dans les trois jours aprés l’adjudication de l’appel d’offre). Les banques nous facturent quelque chose qui ne leur coûte rien !
En d’autres termes, les chefs d’Etat se réunissent pour traiter d’un problème qui n’existerait pas sans leur entêtement à le maintenir sous la pression des lobbies bancaires (Rappelons que cette mesure fut initiée sous Pompidou, ancien fondé de pouvoir du Groupe Rothschild, et jumelée avec l’entrée du Royaume-Uni et de la « City » dans la CEE, en Janvier 1973 !
Il suffirait de revenir à l’ancien système de la souveraineté monétaire nationale, et la dette disparaitraît totalement, de façon progressive sur sept ans, puisque telle est la durée maximale des tranches.

C’est à cela qu’on voit vers où penche l’idéologie des politiques de service… Il vaut mieux sans doute s’interroger gravement sur les priorités, dont « la vérité sur les comptes publics », mais sans vouloir entendre cette vérité !
On prefère dire qu’il faudra de l’austérité, beaucoup d’austérité, pour sauver les banques et même les recapitaliser aux frais de tous…
De qui se moque-t-on ?

NB Ce qui est dit là des politiques en France pourrait l’être de l’ensemble de ceux de la zone euro: un euro fort, sans possibilité de monétisation ne profite qu’aux banques qu’il enrichit, et aux rentiers dont il évite « l’euthanasie »…
31salut


Re: L'ARNAQUE MORTELLE DE LA DETTE ET COMMENT S'EN SORTIR EN DOUCEUR par LePontissalien le Mardi 22/11/2011 à 19:00

Bonjour et merci !

Pour moi, l'arnaque de la dette est le point central actuellement, et je suis surpris qu'il y ait si peu de commentaires, à charge où à décharge, parmi les intervenants à ce sujet . C'est pourtant essentiel !

On nous rabâche à longueur de journée qu'il n'y a plus d'argent pour rien : mais avec 50 milliards (intérêts 2012) on pourrait en faire des choses.

Plus surprenant encore : pourquoi JLM n'insiste-t-il pas plus sur ce point puisqu'il a la chance d'être invité dans de grands média ?

Incomprénsible.


DÉTOURNEMENT D'HÉRITAGE par h-toutcourt le Mardi 25/10/2011 à 20:19

UN PARALLÈLE OSÉ… ET FALLACIEUX DE P. MOSCOVICI SUR L'INVESTITURE SOCIALISTE 2012
http://www.pierremoscovici.fr/2011/10/25/lhistoire-se-repete-t-elle/

MIEUX QUE LE DROIT D’INVENTAIRE, LE DÉTOURNEMENT D’HÉRITAGE !
Les sociaux-démocrates derrière Hollande n’ont rien des mitterrandistes de la première époque:

Le 13 Fevrier 1982, après une longue bataille parlementaire, le décret de NATIONALISATION venait d’être publié.
Les neuf plus grands groupes industriels passaient sous le contrôle de l’Etat, mais aussi la quasi-totalité du secteur financier. Trente six banques étaient sur la liste, dont les plus prestigieuses, PARIBAS, SUEZ, ROTHSCHILD, WORMS, le CREDIT COMMERCIAL de FRANCE, le CREDIT DU NORD, LA HENIN.
Même à la libération, le gouvernement n’avait pas osé aller aussi loin.
On va voir que cela n’est pas prêt de se reproduire, étant donné le type de gauche à laquelle la gauche mitterrandienne a laissé la place:

A peine Chirac est-il premier ministre de la cohabitation que la droite engage tout de suite le programme: en moins de deux ans, le CCF, la SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, et naturellement, PARIBAS et SUEZ sont privatisés.
Revenue au pouvoir en 1988, la gauche tente de reprendre le contrôle de la SOCIÉTÉ GÉNÉRALE. UAP, alors premier groupe d’assurance français, refuse de suivre et l’opération capote.
Or, à qui la gauche avait-elle confié la présidence de l’UAP ? A Jean Peyrelevade qui se comporta comme suit, selon les archives du sénat:

————————————————————————-
SÉNAT (RAPPORT ORIGINAL):

SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1988 – 1989
Rapport remis à Monsieur le Président du Sénat le 21 avril 1989
Dépôt publié au Journal officiel du 22 avril 1989
Annexe au procès-verbal de la séance du 26 avril 1989
RAPPORT FAIT au nom de la commission de contrôle de l’action des
organismes publics ayant trait à des opérations financières
portant sur le capital des sociétés privatisées, créée en vertu d ‘une
résolution adoptée par le Sénat le 20 décembre 1988

Les trois assureurs publics actionnaires de la Société Générale ont observé , dans l’affaire, des comportements radicalement différents:

a) le double refus de l’UAP
- Le refus initial de s’associer au montage:
Au lendemain même de sa nomination à la tète de l’UAP, fin juillet 1988, M. Jean Peyrelevade a été contacté personnellement par M. Georges Pébereau pour qu’il participe à l’opération projetée sur la Société Générale.
Le Président de l’UAP a décliné la proposition qui lui était faite
d’entrer à hauteur de 500 MF dans le dispositif.
Le refus « immédiat » opposé à M. Georges Pébereau tient à la nature du projet : le président de l’UAP a eu le sentiment que ce Projet « était un peu ambigu pour une démarche amicale et que, s’il s’agissait d’une Opération de prise de contrôle, il n’y avait à l’évidence, pas assez d’argent sur la table » .
Sauf, nouvelle ambiguité, à disposer de l’assurance d’un complément apporté par des fonds publics ?
- L’abstention de l’UAP en novembre 1988:
A la mi-novembre 1988, le président de l’UAP s’est entretenu au téléphone à deux ou trois reprises avec le ministre des Finances « sur quelques aspects techniques » de l’affaire Société Générale.
Le ministre d’Etat lui aurait fait part de « certaines préoccupations ».
Mais M. Jean Peyrelevade ne considère pas que le contenu de ces conversations téléphoniques ait répondu à la définition que l’on peut donner d’un ordre ou d’une demande.
« Tout au plus, un souhait, peut-être… »
- Ni ordre, ni demande: en conséquence, le président de l’UAP s’est abstenu de procéder en novembre à des achats de titres Société Générale conformément à l’analyse qui était la sienne de la stratégie de l’UAP et de la structure de son portefeuille.

b) La neutralité des AGF
c) la bonne volonté partiale du GAN
————————————————————————–

Dès 1991, les privatisations reprennent. Elles ne s’arrêterons plus, sous la droite comme sous la gauche, CREDIT LOCAL de FRANCE, BNP, le CIC, La HENIN, tout y passe.
La gauche achève de se rallier aux idées libérales avec Dominique Strauss-Kahn qui, choisi comme ministre des finances par Lionel Jospin en 1997, argumente dans Le Monde du 6 Juillet 1999: « Lionel jospin a placé l’intérêt national au coeur de la stratégie du gouvernement à l’égard du secteur public ». « L’intérêt national », pour lui, se décline sous la forme de nouvelles privatisations. Plus rapides même que celles menées par ses prédécesseurs de droite:
Le CREDIT LYONNAIS est introduit en bourse; les derniers groupes d’assurance, AGF et GAN, passent sous contrôle privé avant d’être engloutis par des groupes mondiaux. AXA prend le contrôle de l’UAP, BNP reprend PARIBAS.
Pas un instant, à gauche, où le PS est dirigé par François Hollande, il n’est envisagé de conserver au moins quelques banques sous contrôle public. Avec l’avènement de la monnaie unique européenne et de la mondialisation, les marchés pourvoiront à tout…

Lorsque Nicolas Sarkozy arrive à l’Elysée en Mai 2007, l’essentiel du travail est donc achevé. Le monde bancaire français est de plain-pied dans la finance mondiale. La crise financière de 2008 viendra illustrer ce que cela signifie…
En urgence, l’Etat est obligé de débloquer 20 milliards d’euros pour aider les banques et de leur accorder 90 milliards de garantie pour continuer à assurer le financement de l’économie. Tout cela a été accordé sans contrepartie: le gouvernement n’a demandé ni actions ni sièges dans les conseils d’administration. Il ne s’agit pas de faire entrer à nouveau l’Etat dans les banques, plaide le monde bancaire…
————————————————————————-

Et c’est aujourd’hui ces gens que l’on retrouve dans le sillage de François Hollande, candidat du PS aux élections présidentielles:
- l’un, Jean Peyrelevade, lui réserve publiquement son soutien, à défaut de Valls, son premier choix…
- l’autre, Dominique Strauus-Kahn, voit l’essentiel de ses troupes rejoindre comme un seul homme le candidat Hollande, à défaut de mieux dans le l’euro-libéralisme et la mondialisation financière…

Pierre Moscovici pose béatement la question: « l’histoire se répète-t-elle ? »
La réponse est manifestement: PAS AVEC CELUI-LA !

(Etabli selon la trame des privatisations exposée dans « Les jours heureux », sur le programme du Conseil National de le Résistance de mars 1944, par « Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui »)


merci et bravo! par bob le Mercredi 26/10/2011 à 15:12

Bonjour
Vos ouvrages poussent à la reflexion et l'approfondissement, ils font bien le lien entre politique , économie , et sociologie et même psychcologie, synthése assez rare de nos jours.
La dissociété, l'autre société, la grande regression(même s'il y a des passages ardus),évite les propositions politique simpliste et démagogique , électoraliste qu'on retrouve dans les propositions du programe du front de gauche," l'humain d'abord";  L'ouvrage nous on peut! ; plus sérieux et moins électoraliste, mais plus technique et plus politique .
C'est donc avec plaisir que j'ai put constater qu'il y avait des auteurs proche du réformisme ou  du PS, qui faisaient tout un travail théorique salutaire.Il est important de dire que les choix économiques , sont avant tout des choix politiques. mais si la grande masse des travailleurs salariés ne s'empenrent pas du politique ;et ne font pas une pression énorme (style 36; 68, ou comme dans les pays arabes), sur les dirigeants et partis, en plus du bon choix électorale, tous cela ne pourra vraiment se concrétiser.


Enfin un avenir mais il faut expliquer par Jean-Philippe le Vendredi 28/10/2011 à 10:14

Merci de votre livre après "L'autre société" : enfin une ouverture vers un avenir d'intérêt général.

Cet intérêt général impose à présent que certains (disons "les riches") contribuent largement. Vous dites carrément qu'il faudra prélever sur leurs richesses accumulées. C'est l'évidence, si ce prélèvement sert l'intérêt général dans la durée et pas seulement la satisfaction temporaire d'instincts revanchards (très justifiés, hélas).

A ce propos, j'aimerais que vous expliquiez comment vous comprenez le slogan répété à chacune de ses interventions récentes par notre candidat à la présidentielle : "les revenus du capital doivent être taxés comme ceux du travail". Ce mot d'ordre me paraît manquer de substance pratique et même relever d'une dogmatique contestable. J'en suis désolé, mais c'est le genre de "phrase choc" qui raménera son score à 15% au lieu des 33% qu'il mérite au premier tour des présidentielles, et d'ailleurs on ne trouve rien d'équivalent dans le programme du front de gauche.

J'explique mes doutes à ma façon en deux exemples, n'hésitez pas à corriger. Exemple 1 : le "capital" immobilisé dans des machines qui remplacent des humains dans la production et les services, c'est au nombre d'humains remplacés qu'il faudrait logiquement taxer les revenus correspondants, alors qui établira la bonne formule de taxation, et qu'est-ce qu'on fera ensuite quand on aura complètement tué toute l'activité dans l'industrie et les services ? Exemple 2 : le revenu de l'épargne constituée en vue d'une retraite complémentaire en se serrant la ceinture toute sa vie, le revenu de la terre agricole acquise péniblement en passant par un emprunt de longue durée, on va le traiter comme un revenu de "riche" ?

Merci par avance !


Commentaires sur le livre : nous, on peut ! par Debonrivage le Dimanche 30/10/2011 à 00:09

 
                                              
"Nous on peut !" Le livre–remède contre l'impuissance et la sinistrose chronique !
 
La crise économique et financière actuelle n'est que la conséquence logique de la mise en place et du développement depuis 30 ans des politiques néolibérales au niveau national et international.
Libre échangisme aveugle, mondialisation accompagnée de délocalisations, privatisations programmées des entreprises nationales et des services publics, toute-puissance des banques et des marchés marquant le passage d'un capitalisme managérial un capitalisme actionnarial provoquent toute une cascade régressions sociales bien décrites est expliquées par Jacques Généreux dans son ouvrage précédent : La grande régression.
 
Le blocage des salaires, provoquant un endettement de plus en plus important des ménages  puis des états, est l'une des causes structurelle de la crise.
Cette crise profonde du système capitaliste devrait conduire nos concitoyens à envisager des transformations économiques, politiques et sociales de grande envergure pour mettre un terme à ce système devenu maintenant totalement régressif (et en passe de devenir répressif) et le remplacer par un système centré sur l'Humain et non sur l'Argent.
Une telle alternative radicale centrée sur l'Humain est pourtant possible : c'est celle proposée par le Front de Gauche et dont les grandes lignes sont exposées dans le programme populaire partagé.
 
Mais cette force politique profondément transformatrice qu'est le Front de gauche se heurte à une difficulté de taille : celle du découragement et de la résignation de nombreux de nos concitoyens.
Certes les propositions du Front de Gauche, lorsqu'elles ont percé le mur du silence médiatique et qu'elles deviennent connues, peuvent rencontrer un accueil favorable mais provoquent souvent cette réaction : "oui vous avez raison, il faut limiter les hauts salaires , mieux répartir la richesse produite, garder la retraite à 60 ans, maîtriser la finance, etc. mais tout ceci est impossible dans la situation d'économie ouverte actuelle et des dettes publiques. Vos propositions manquent de réalisme …"Les plus hostiles diront plutôt : "Vous êtes démagogues !" Et les plus vulnérables au formatage médiatique : "vous êtes populistes !"
Evidemment ce type de réaction est le résultat d'un matraquage médiatique libéral journalier multi-supports et multi –cibles dont la plupart des victimes ne sont pas conscientes.
 
Remarquons au passage que le mot "réalisme" et l'expression "langage de vérité" sont utilisés souvent dans les discours des journalistes libéraux et des hommes politiques de droite pour qualifier leur propre politique qui est pourtant à l'origine de la crise économique et des inégalités sociales extrêmes actuelles. Ainsi voit-on des hommes politiques influents de droite qualifier d'irréaliste une augmentation substantielle du SMIC alors que ceux-ci, avec le cumul de leurs rémunérations, ont un revenu mensuel compris entre 15 000  et 30 000 euros. Évidemment on comprend immédiatement que pour ces gens-là, réalisme signifie accepter la réalité de l'ordre social existant et surtout ne pas le changer. Vouloir le transformer en profondeur, c'est alors être irréaliste ! Quant au "langage de vérité", c'est celui de ceux qui se placent en observateurs extérieurs à la crise alors qu'ils en sont les auteurs. Beau langage de vérité que celui des incendiaires qui se revêtent de l'habit mystificateur de pompier!
 
Un deuxième ressort de ce découragement est la perte de crédibilité des hommes politiques qu'ils soient de gauche comme de droite. Rappelons quelques faits.
Côté gauche : l'échec de la gauche plurielle à résoudre le douloureux problème du chômage et le ralliement du PS à une économie de marché non régulée.
Côté droite : promesses électorales nombreuses non tenues, absence d'Europe sociale harmonisée par le haut, différentes affaires de corruption et paradis fiscaux toujours aussi florissants, etc.
Observons en revanche ici que cette perte de crédibilité ne repose pas sur un conditionnement médiatique mais sur une réalité politique. Dans un tel contexte, la réaction de certains de nos concitoyens aux propositions du Front de Gauche peut-être  de ce genre : "Mélenchon parle bien mais il n'est pas crédible, d'autant qu'il a participé à un gouvernement de la gauche plurielle qui a privatisé et n'a pas su résoudre les problèmes de sécurité." On a vu comment Marine Le Pen exploite cette réaction.
 
Enfin, le Front de Gauche se heurte auprès de certains économistes et intellectuels qui pourraient être favorables à quelques-unes de ses thèses économiques,  à une résistance au changement de paradigme économique dans le champ disciplinaire scolaire et universitaire appelé "sciences économiques et sociales". Nous nous inspirerons ici de la démarche de Thomas S. Kuhn lorsqu'il aborde le problème du changement de paradigme dans les périodes de crise des théories scientifiques existantes devenues inopérantes . Le lecteur trouvera ici en annexe un extrait du chapitre VII de son livre : "La structure des révolutions scientifiques", chapitre intitulé: "Réponse à la crise" (il s'agit ici de crise dans le développement des théories scientifiques.
 Quel est le paradigme actuellement dominant en économie ? Evidemment celui d'un libéralisme fondé sur le libre-échange, la concurrence libre et non faussée des marchés, tant des produits matériels que des produits financiers, fondé sur un État essentiellement régalien et assurant un minimum de protection sociale. Bref, un paradigme fondé sur une économie de marché ouvert. La mise en œuvre des préceptes de ce paradigme conduit à des échecs répétés (voir la multiplicité des crises financières depuis 1990 sur le plan international), des solutions inefficaces (voir les mesures libérales prises pour résoudre la crise grecque), des atteintes graves contre l'environnement et l'écosystème (pollutions massives accompagnées de gaspillage de matières premières, catastrophes nucléaires,…). Mais cela n'empêche pas la persévérance d'un certain nombre d'économistes et d'hommes politiques dans leurs erreurs d'analyse et de traitement.
On peut invoquer comme raisons : le cynisme, l'incompétence, l'aveuglement idéologique, la cupidité, la dépendance ou la servilité des experts envers les puissants, etc. Ces explications souvent avancées peuvent s'avérer exactes selon les cas examinés. Mais elles ne peuvent pas tout expliquer dans cette résistance au changement de paradigme économique.
L'Histoire nous apprend, que même dans le domaine des sciences dites exactes, où les théories élaborées sont  beaucoup plus rigoureuses et exigeantes  que dans les "sciences économiques", le changement de paradigme se heurte auprès des scientifiques à des résistances considérables.
Il ne suffit pas qu'une théorie attachée à un paradigme s'avère remise en cause par les faits pour que les scientifiques décident de changer de paradigme et d'en adopter un autre. (Lire l'annexe en fin de texte). On peut imaginer facilement qu'un changement de paradigme dans la pensée économique se heurte à des résistances encore plus considérables de la part des économistes en raison de facteurs supplémentaires : idéologie, réseaux de pouvoirs, impacts électoraux, etc.
Or, c'est précisément un changement de paradigme économique, que propose le Front de Gauche. Il propose celui de la planification écologique fondée sur l'économie réelle et non sur la virtualité financière, sur un échange régulé et contrôlé des produit matériels et financiers, sur un État social protecteur assurant la sécurité des biens et des personnes, fondée sur la coopération et non sur la compétition entre les entreprises et entre les états, fondée sur un secteur public puissant prenant des formes variées : sociétés nationales, mutuelles, entreprises coopératives, etc. Les lois de la démocratie se substituent alors aux lois du marché.
Certes, la résistance couramment avancée à ce changement de paradigme est qu'il remet en cause les privilèges de la classe sociale dominante et qu'il repose sur un partage juste des richesses produites remettant en cause l'ordre social inégalitaire établi. Mais cette explication ne saurait suffire : le changement proposé par le Front de Gauche est un véritable changement de paradigme économique qui nécessite une remise en cause totale des représentations mentales antérieures. Et cela occasionne toujours des résistances représentationnelles fortes même de la part de ceux qui ne sont pas corrompus par le pouvoir et qui ne sont pas hostiles à un certain progrès social.
 
Eh bien, c'est précisément contre ce découragement, ce fatalisme, cette incrédulité et cette résistance au changement de système et de paradigme que s'attaque Jacques Généreux dans son livre : "Nous on peut !", et en disant cela, on n'est pas irréalistes ! C'est donc un livre contre l'impuissance à vouloir transformer le monde ! Un livre contre la résignation !
Il constitue un ouvrage incontournable pour qui s'intéresse aux propositions du Front de Gauche exposées dans le programme populaire partagé, intitulé aussi : l'Humain d'abord !
Je rappelle que Jacques Généreux, depuis fort longtemps, a toujours placé l'humain au centre de l'économie
"La seule finalité légitime de l'économie est la qualité de vie des femmes et des hommes, à commencer par celle des plus démunis. La satisfaction équitable des aspirations humaines pas seulement celles qui procurent les consommations marchandes. Mais l'ensemble des aspirations échappant à toute évaluation monétaire :dignité, paix, sécurité, liberté, éducation, santé, qualité de l'environnement, bien-être des générations futures. Un système économique pleinement efficace n'est pas seulement celui qui garantit l'absence de gaspillage des ressources dans la production des biens, mais aussi celui qui satisfait au mieux l'ensemble des exigences de l'humanité, à commencer par l'exigence de justice." ( Pour une vision humaine de l'économie. Conversation avec Jacques Généreux. http://e-south.blog.lemonde.fr/2007/05/08/pour-une-vision-humaine-de-leconomie-conversation-avec-jacques-genereux )
Il a toujours été fidèle à cette vision de l'économie. Cet humanisme devrait faire que cet ouvrage clair comme de roche (non polluée) soit lu et apprécié par des lecteurs dont les convictions philosophiques, politiques et religieuses sont variées. Ce n'est évidemment pas un livre réservé exclusivement à la lecture des sympathisants du Front de Gauche! Il s'adresse surtout aux incrédules !
Le lecteur trouvera des solutions réalistes aux problèmes économiques, financiers et sociaux qui frappent actuellement notre pays et plus largement l'Europe : résolution de la dette publique, maîtrise du secteur bancaire, politique économique et monétaire européenne, etc.
On peut se reporter à la table des matières de l'ouvrage à : http://jacquesgenereux.fr/bio_biblio_de_j_genereux.shtml
 
On peut aussi trouver dans ce livre des idées a priori insolites : contrairement à une idée reçue, "la politique gouverne toujours l'économie" (titre du chapitre 2). En effet, on entend souvent dire : ce sont les marchés, les actionnaires, les banques, les agences de notation qui donnent le LA et même le triple A de la politique. Jacques Généreux explique, qu'en réalité, s'il en est ainsi, c'est que les responsables politiques le veulent bien et qu'ils ont même pris les dispositions économiques, administratives et politiques pour cette situation soit telle qu'elle est ! De fait, ce sont les peuples qui ont été dépossédés de la politique et ont perdu le pouvoir sur l'économie. Il s'agit donc d'une neutralisation du pouvoir démocratique.
 
Autre idée reçue remise en cause par Jacques Généreux : les libéraux voudraient limiter au maximum le pouvoir de l'État. Faux ! Au contraire, les libéraux utilisent l'État non pour servir prioritairement l'intérêt général mais pour se mettre au service des intérêts privés. L'appareil d'État permet d'élaborer des règlements favorables aux gros possédants telles, par exemple, des réglementations fiscales ou bancaires. Certes, il serait réducteur de considérer l'État comme "simple exercice de la violence d'une classe sur une autre" comme l'affirmaient les marxistes du XIXe siècle, mais force est de constater que cette affirmation est de plus en plus vraie depuis ces 20 dernières années de néolibéralisme. La politique de l'État-providence des 30 glorieuses semblait avoir mis au placard de l'Histoire cette définition de l'État. Jacques Généreux nous montre que l'on assiste progressivement à ce que l'on pourrait appeler une véritable "privatisation de l'État" par les néolibéraux. On pourrait reprendre à cet égard une expression de Patrick Artus (concernant une étude démontrant la nécessité d'un taux de chômage élevé pour diminuer la part salariale dans le PIB : http://hussonet.free.fr/marx2fr.pdf) : "Karl Marx is back".
Voici donc deux idées extraites de cet ouvrage qui montrent que celui-ci peut aussi réserver des surprises à ceux qui pensent avoir tout compris : ce qui ne gâte rien !
 
Hervé Debonrivage
 
Annexe.
 La structure des révolutions scientifiques de Kuhn.
 Éditions Champs Flammarion. P.114 à 116
 
"Admettons donc que les crises sont une condition préalable et nécessaire de l'apparition de nouvelles théories et demandons-nous maintenant comment les scientifiques réagissent en leur présence. Une partie, aussi évidente qu'importante, de la réponse, est de remarquer d'abord ce que les scientifiques ne font pas, même en face d'anomalies graves et durables. Bien qu'ils commencent peut-être à perdre leurs convictions et à envisager d'autres théories, ils ne renoncent pas au paradigme qui les a menés à la crise. J'entends par là qu'ils ne considèrent pas ces anomalies comme des preuves contraires, bien que ce soit là leur véritable nature en termes de philosophie des sciences. Cette généralisation - qui s'appuie sur I'Histoire, sur les exemples que nous avons donnés plus haut ou que nous donnerons ci-dessous - laisse déjà entrevoir ce que nous constaterons avec plus de précision en étudiant le rejet du paradigme : une fois qu'elle a rang de paradigme, une théorie scientifique ne sera déclarée sans valeur que si une théorie concurrente est prête à prendre sa place. L'étude historique du développement scientifique ne révèle aucun processus ressemblant à la démarche méthodologique qui consiste à «falsifier» une théorie au moyen d'une comparaison directe avec la nature. Ce qui ne veut pas dire que les scientifiques ne rejettent pas les théories scientifiques, ou que l'expérience et l'expérimentation ne soient pas essentielles dans le processus qui les y invite. Mais ce point est capital : l'acte de jugement qui conduit les savants à rejeter une théorie antérieurement acceptée est toujours fondé sur quelque chose de plus qu'une comparaison de cette théorie avec l'univers ambiant.
Décider de rejeter un paradigme est toujours simultanément décider d'en accepter un autre, et le jugement qui aboutit à cette décision implique une comparaison
des deux paradigmes par rapport à la nature et aussi de l'un par rapport à l'autre.
Une seconde raison incite à douter que les scientifiques rejettent un paradigme simplement parce qu'ils se trouvent en face d'anomalies ou de preuves contraires.
Et en le développant, l'une des thèses essentielles de cet essai apparaîtra d'elle-même. Les motifs de doute scientifique indiqués plus haut étaient purement relatifs à des faits ; il s'agissait de preuves infirmant une théorie épistémologique généralement admise. En tant que telles, si mon raisonnement est correct) elles peuvent tout au plus contribuer à créer une crise ou, plus exactement, augmenter l'intensité d'une crise déjà existante. En soi, elles ne prouveront pas, elles ne pourront pas prouver la fausseté de cette théorie philosophique, car ses adeptes feront ce que nous avons vu faire aux savants face à une anomalie :
ils élaboreront de nouvelles versions et des remaniements ad hoc de leur théorie afin d'éliminer tout conflit apparent. Si donc ces preuves épistémologiques contraires doivent en arriver à être plus qu'une source mineure d'agacement, ce sera parce qu'elles contribuent à permettre l'apparition d'une analyse scientifique nouvelle et différente, au sein de laquelle elles ne seront plus une cause de difficulté. D'ailleurs, s'il est possible d'appliquer ici un schéma typique que nous observerons plus tard dans les révolutions scientifiques, ces anomalies n'apparaîtront plus alors comme de simples faits. Sous l'angle d'une nouvelle théorie de la connaissance scientifique, il y a de fortes chances pour qu'elles apparaissent comme des tautologies, expressions de situations que l'on n'aurait pu concevoir différentes."
 
 
 
 
 
 


Re: Commentaires sur le livre : nous, on peut ! par Jean-Philippe le Dimanche 30/10/2011 à 17:25

Le front de gauche, c'est d'abord son programme "L'humain d'abord".

Le slogan "taxer les revenus du capital comme ceux du travail" n'y est pas.

Ce slogan n'est pas non plus dans le livre de Généreux, qui propose carrément d'éliminer les concentrations abusives de capital financier privé, car elles sont inutiles en regard de l'intérêt général (j'interprète peut-être mal...).. En tous cas,la solution de Généreux dans "Nous, on peut" me paraît être la seule raisonnable. Dans le même esprit, le programme du front de gauche prévoit de plafonner le revenu de chaque citoyen.

Donc, je demande comment interpréter le slogan sur la taxation du revenu du capital au niveau du travail, qui me paraît à la fois dangereusement insuffisant et vraiment facile à critiquer.

Je ne vois pas en quoi le commentaire massue de ViaBloga, auquel je souscris d'ailleurs à 95 % (je n'ai pas tout lu), répond à ma question.


A propos de "Nous on peut" par jpr le Lundi 31/10/2011 à 18:28

Mille merci pour cet ouvrage qui nous montre clairement (et pour la première fois en ce qui me concerne) comment on pourra renverser, et même assez facilement, le néo-libéralisme, sans violence et sans effondrement économique préalable. A partir de là pourquoi se gêner puisqu'il est clair que le système actuel est bâti dans l'intérêt d'une petite minorité !
Important : il m'apparait essentiel de synthétiser les cinquante dernières pages de votre ouvrage dans une courte brochure (dans le style d'"indignez vous!") pour toucher un large public dans la campagne qui s'annonce, je pense que le résultat pourrait être électoralement explosif (car ouvrant enfin une perspective crédible et non porteuse de grandes incertitudes pour un vrai changement auquel beaucoup aspirent). Vous pourriez l'intituler par exemple "Que ferons nous?" en référence à un texte célèbre...

Bonne chance à vous et au front de gauche!


dette et recette de l'Etat par RV le Mardi 01/11/2011 à 10:12

Bonjour
je serais curieux d'entendre une critique des dires d'Olivier Berruyer, qui semble infirmer quelques idées fortes de l'anayse du Front de gauche

http://www.les-crises.fr/deficits-publics-de-la-france/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+les-crises-fr+%28Les-Crises.fr%29

En conclusion, on comprend mieux ce qui s’est passé, et qui peut se résumer ainsi :
  • le périmètre de l’État s’est réduit pendant que celui des collectivités locales s’agrandissait, tant par de simples transferts que par de nouvelles interventions (et quelques gaspillages…) ;
  • le vieillissement à conduit à l’augmentation continue des besoins de Sécurité sociale.

Malheureusement, au global, la différence a été financée par de la dette, et non pas par de l’impôt, car personne n’a eu le courage de mettre la population face à ses responsabilités, ni de la sensibiliser au bouleversement démographique historique en cours.

C’est en cela que le discours sur le “revenons au niveau des recettes d’État de 2000 et tout ira bien” est trompeur, car l’argent “économisé” a été dépensé ailleurs et n’est plus disponible. On peut revenir au niveau de 2000, sans doute le faut-il, mais laisser croire que ceci se fera sans la moindre douleur, ni sans le moindre impact sur l’économie est un pur mensonge…

Alors oui, le financement du vieillissement passe par une baisse du pouvoir d’achat sur les autres postes - mais bien évidemment, au global, le pouvoir d’achat reste le même, la Sécurité sociale n’organise que de simples transferts.

À nous de nous battre pour préserver notre modèle social – mais cela ne passe pas par des manifestations dans la rue, mais bien par des efforts (équitablement répartis en fonction des capacités de chacun) dans notre consommation au quotidien…


par h-toutcourt le Jeudi 03/11/2011 à 17:55



SARKOZY, BERLUSCONI, PAPANDRÉOU… tous cocus de l’euro !

Après les protections douanières, la zone euro a fait sauter la dernière variable régulatrice des équilibres économiques entre Etats: le taux de change des monnaies.
Rien d’étonnant, donc, à ce que les pays du sud s’enfoncent irrémédiablement dans le déficit et la dette, sous monnaie unique, vis à vis de ceux du nord aux monnaies anciennement plus fortes. La variable d’ajustement ayant disparu, le système est en boucle ouverte... D’où la dérive divergente des économies de la zone euro.
Un petit rappel pour la France:
Lorsque s’acheva l’introduction de l’euro, sous sa forme fiduciaire (2002), notre balance extérieure devint pour la première fois globalement déficitaire, de peu en 2003, puis de 5 milliards en 2004, de 24 en 2005, de 30 en 2006, de 42 en 2007, de 56 en 2008, …et nous en sommes à 75-80 milliards prévus pour 2011 !
Devant cet état de fait, les admonestations d’auteurs comme Bayrou (2012, état d’urgence) ou Peyrelevade (France, état critique), qui invitent à imiter l’Allemagne, ressemblent à un aveu d’échec: demander à la Sicile de devenir la Bavière ! Même un Etat unifié depuis des siècles, comme la France, garde encore un important differentiel régional que seule la redistribution nationale permet de compenser.
Les européistes convaincus en appellent donc au fédéralisme, seule solution viable pour continuer dans la même direction. Malheureusement, la route est barrée par les dispositions constitutionnelles de la cour de Karlsrhue qui l’interdisent… L’Allemagne exportatrice veut bien profiter de la consommation européenne captive en euros-marks, mais sans promiscuité excessive.
Impasse, voie sans issue! Voilà ce qu’a dû se dire Georges Papandréou avant de décider de s’en remettre à la décision de son peuple. L’ennui, pour eux comme pour nous, c’est de nous avoir amenés jusque là, sans billet de retour: déjà pointe l’augmentation du taux d’emprunt italien à court terme (6,5% ce matin) dont le défaut serait ingérable par les banques… en attendant notre tour.
Et dire que ces apôtres de l’euro-mark comme monnaie unique, de Delors à Strauss-Kahn en passant par Giscard, étaient tous les meilleurs ministres des finances qui soient ! Ça en dit long sur les autres…


Re: L'économie pour les pauvres. par PALMANTIER François le Vendredi 04/11/2011 à 14:32

Bonjour Jacques GÉNÉREUX,

Je ne peux que me réjouir que les médias commencent à vous inviter, que votre nom devienne plus familier(insuffisamment, bien entendu), que vous répétiez ostensiblement votre appartenance au Parti de Gauche et votre soutien à Jean-Luc MÉLENCHON. J'ai acheté et lu votre livre « Nous on peut ». Un manuel d'économie à mettre entre toutes les mains. Et pas cher ! Enfin certainement pas pour ceux qui dorment dans leur voiture et qui travaillent, pas pour ceux dont l'endettement est le seul horizon, pas pour ceux qui vivent dans ces quartiers réputés difficiles, pas pour ceux... la liste est trop longue. Ceux-là n'achèteront pas, hélas, votre (vos) livre(s). Vos passages dans les médias peut compenser ce lourd handicap qui leur est imposé. Continuez Jacques à leur parler d'économie parce qu'ils sont concernés au premier plan. L'immense majorité n'a pas fait d'études. Pour eux, l'économie c'est pour les autres. Vous, vous vous attachez à leur dire que l'économie « c'est pour eux ». De l'économie accessible à tous. Et c'est là la meilleur façon de les « ré »inclure dans la société, de leur redonner un statut de citoyen. Citoyens, ce système capitaliste leur fait oublier ce que ce terme signifie. Je connais trop bien ces milieux sociaux, dont je fais partie, malgré un Bac+5, pour savoir qu'ils ont abandonné l'espoir de devenir, un jour, un citoyen.
La pauvreté nous enferme dans l'ignorance et dans l'incapacité de penser mais surtout de se penser, donc de s'estimer. L'humiliation détruit et déshumainise. Merci à vous de nous réanimer. Je fais partie de votre Service d'Urgence Économique.
Votre pédagogie est le remède à la misère sociale, intellectuelle et culturelle.
François.


Re: par h-toutcourt le Vendredi 04/11/2011 à 16:44

J’ajoute un dernier commentaire, suite à la prestation hier soir de Dupont-Aignan et Jacques Généreux sur une des deux chaînes parlementaires:
Il semble bien qu’à droite, NDA et MLP soient sur la même longueur d’onde radicale, au sujet de l’euro, contre l’UMP.
En tant qu’homme de gauche, je regrette que leurs pendants Chevénement et Mélenchon, sur le même sujet, soient moins lucides contre le PS social-démocrate: tous deux ont un plan A qui consiste à « demander » à l’Allemagne un statut modifié de la BCE, le plan B n’étant que roue de secours… C’est Munich, bis repetita !
Comme disait Churchill, à vouloir éviter l’affrontement et le déshonneur… on a toutes les chances d’avoir les deux (ce qui semble être déjà la tournure que prend le match Sarkozy-Merkel)!
Jamais l’Allemagne, en effet, n’abandonnera l’orthodoxie monétaire qui a été sa stratégie d’après-guerre, au moment même où elle parvient à ses fins: prendre sa revanche sur le dollar et les anciens alliés, par l’union économique et monétaire qu’eux-mêmes avaient voulu pour la neutraliser en Europe!

A cette réserve près, il semble bien qu’on ait la même ligne de fracture qu’en 2005.


Je ne savais pas que j'allais voter Melenchon ! par chabr le Vendredi 11/11/2011 à 12:39

 Je viens de vous voir à l'emission Salut les terriens et je trouve votre propos et démonstration tout à fait convainquants. Je sais maintenant pourquoi je ne voulais pas voter socialiste, ni autre; mais je ne savais pas que j'allais voter Mélenchon;  si on votait aujourd'hui c'est ce que je ferais. L'exemple Argentin est une vrai bonne surprise.. 
Le protectionnisme ouvert est à l'image des parents responsables de leur enfants. On vise l'automie, avec des gardes fous, des règles qui s'assouplissent au fur et à mesure.

Je suis aussi tres ouvert au "revenu de base", plus qu'au revenu maximum. Je trouve l'idée du revenu minimum de base pour tous ,va aussi dans le bon sens et l'evidence d'une economie politique au service de tous et de maniere equitable. Agir dans ce sens c'est bien ,non ?!  ..;puisqu'on peut le faire


Nous on peut par PEPONE le Vendredi 02/12/2011 à 18:49

C'est amusant de vous entendre car vos propros sont celui d'un communiste. Ils ont tous compris depuis trés longtemps les communistes. Je me rappels des tracs que je passais et toutes vos réflections été déjà inscrit dessus mais le mot communiste fait tellement peur alors que c'est le seul partie qui n'a jamais fait autant de bien au peuple français. J'ai commander votre livre " nous on peut " mais moi militant communiste sa fait trés longtemps que je sais que l'on peut. Merci d'avoir découvert les idées communistes il n'est jamais trop tard.  Je n'ai qu'une chose à dire " l'humain d'abord et rien d'autre... bon vent.


par Jouan le Samedi 03/12/2011 à 10:57

Merci beaucoup pour ce livre  "Nous on peut", clair, précis, tonique, facile à lire. A mettre le plus rapidement possible entre les mains de toute personne réellement de gauche souhaitant intervenir dans les campagnes de 2012. En ce qui me concerne, je commence à me constituer une sorte de résumé (plutôt recueil de citations) qui va sans doute me servir beaucoup  durant ces quelques mois.
Merci encore.
P Jouan (militant PCF Loire-Atlantique) 
 


Des livres c'est bien... par Kiosk le Mercredi 07/12/2011 à 11:28

... mais à quand des versions en vidéo ?
Tous les jours, les médias participent à l'enfumage et au découragement massif, afin de nous faire accepter ce qui serait inéluctable si l'on en croit la classe dirigeante. Contre ce matraquage permanent, nous n'avons guère que quelques livres tels que ceux de M. Généreux, et surtout l'Internet. Les livres, c'est bien, c'est détaillé, encore faut-il mettre la main dessus, les lire, les comprendre, en parler autour de soi, au risque d'ailleurs d'en déformer le contenu. A l'arrivée, ils ne touchent qu'un public assez restreint, souvent déjà convaincu.
Voyons plutôt du côté de l'Internet. De forums en blogs, on s'échange les adresses de vidéos marquantes ou drôles, qui sont souvent des extraits d'émissions, donc pas vraiment mis en situation, ou des émissions dans leur intégralité, souvent trop longues par rapport à la partie intéressante, ou traitant de questions partielles à l'initiative du meneur de jeu.
Moi, ce que j'aimerais, ce serait une version vidéo d'un ouvrage comme "Nous, on peut", sous forme d'une série de clips thématiques, chacun centré donc sur une question, une information, une démonstration. Quelque chose d'assez court, dans un langage clair et didactique, parfois humoristique afin d'attirer un public que l'économie pourrait rebuter. (J'ai en tête un sketch joué par des comédiens nous expliquant efficacement l'arnaque de la contre-réforme des retraites, à partir des travaux d'un économiste quant à lui des plus sérieux).
De tels clips auraient vocation à être repris sur divers sites, sur des murs Facebook, dans des pages persos ;leurs liens pourraient être diffusés par messagerie comme on s'échange le dernier montage politique humoristique en vogue, touchant ainsi un vaste public. Cela contribuerait à désenfumer les esprits, en complément des beaucoup trop rares apparitions de la vraie gauche dans les médias traditionnels. Cela n'empêcherait certes pas un quelconque Fillon de venir nous farcir le crâne au 20 heures, avec la complicité d'un Pujadas se gardant bien d'émettre le moindre doute sur ses affirmations péremptoires, mais au moins le grand public saurait-il mieux qu'un autre discours est possible, et qu'il entre une grande part de bobards dans ce que la télé lui demande d'avaler. A terme, nos dirigeants UMP et leurs doublures du PS pourraient être contraints d'en tenir compte et de répondre, s'ils le peuvent, à la contre-progpagande popularisée par l'Internet.


Re: Des livres c'est bien... par rom le Samedi 17/12/2011 à 01:10

je me permets d'appuyer cette idée, parce qu'elle me semble très pertinente.
on peut trouver certaines de vos vidéos sur le net , mais une vidéo de référence, qui incite a se procurer l'ouvrage ,a regarder d'autres vidéos ou tout simplement s'interresser a nouveau a la politique .. cela me parait très puissant comme moyen de diffusion.
je le dis par expérience, c'est une vidéo sur les retraites du sociologue Bernard FRIOT qui a été le déclencheur chez moi et m'a sorti la tête de l'eau.
pourquoi pas vous ? je pense que vous auriez un impact beaucoup plus grand c'est dommage de s'en passer.
bravo pour l'idée en tout cas.


interventions dans les médias par Dotta Liliane le Lundi 12/12/2011 à 19:01

 Je suis en train de lire "Nous on peut"; il faudrait que ces explications  soient davantages relayées dans les médias afin que ces possibilités soient connues du plus grand nombre et pèsent sur le vote pour la présidentielle.
Pourquoi ne pas essayer d'aller dans les émissions, qui ne manquent pas sur la crise, où interviennent d'autres économistes, dont le propos est qu'il n'y a rien à faire à part l'extrème rigueur ? (Par ex: "C'est dans l'air" ou autre...)
Si le Front de gauche monte dans les sondages, les gens auront moins peur de voter pour lui...Il y a toujours la tentation du "vote utile" par peur d'un nouveau 21 Avril et par désir de ne plus voir Sarkozy.
Ce serait tellement dommage que toutes ces propositions soient reportées à plus tard, uniquement parceque les gens les ignorent...
Liliane DOTTA


Nous on peut si.... par Lozan le Vendredi 16/12/2011 à 10:47

Loin d’être un économiste et terriblement déçu de la gauche traditionnelle, j’ai voulut lire votre dernier livre pour savoir si l’analyse de la situation et, si les solutions pour en sortir, que vous préconisez sont acceptables à mon entendement.
Je viens de finir de lire. Je ne vous cache pas ma surprise d’avoir compris plus de quatre vingt dix pour cent de son contenu ! Et ma conclusion est très simple : ce que vous proposez me parait parfaitement concevable. Leur seul point faible c’est qu’est ce sont des solutions un peu… un peu « trop » assujetties au courage politique. Courage de ceux que seront censés de les appliquer mais aussi de celui des citoyens. Et là, je pense que vous comprendrez pour quoi, je ne suis pas très optimiste. C’est un point important à tenir en considération.
Voila. J’attends pouvoir lire un économiste que va à l’encontre de votre pensée, pour tirer mes conclusion (si vous en connaissez un, que soit honnête et à la portée de tous, je suis prenant) et ainsi enfin pouvoir m’engager pour empêcher la régression sociale de la France et de l’Europe. Merci, Pedro Lozan


Votre critique de la gauche... par Splonge le Mercredi 04/01/2012 à 02:41

Cher Jacques Généreux,
Même si le format et le public visé du livre "Nous, on peut" vous oblige sans doute à la concision, j'apprécie la rigueur et la précision de votre analyse. 
Toutefois, en lisant - avec grand intérêt - vos propos des pages 60-65 (La seconde victoire du néolibéralisme), une remarque s'impose. Vous fustigez, en effet, les partis de gauche parfois au pouvoir parce que cette social-démocratie ne représente plus les intérêts du peuple qu'elle devrait défendre et parce qu'elle partage, voire défend, les thèses néolibérales. Pas un mot dans votre chapitre sur des partis ou des tendances politiques - tels que le PCF, par exemple - qui incarnent pourtant une réelle résistance à la pensée libérale et ne peuvent pas être accusés d'une quelconque collusion avec la droite... A vous lire, il semble que la gauche - si critiquable soit-elle dans sa forme social-démocrate - ne se résume qu'au Parti Socialiste, voire aux Verts. La lecture que vous faites me semble alors bien partisane, surtout eu égard aux deux remarques suivantes : d'une part, les communistes sont vos alliés au sein du Front de Gauche, un peu de considération à leur endroit ne saurait vous faire de tort ; d'autre part, ce même PCF a, lui-même, largement fait les frais de ses alliances avec le PS, au point d'arriver au score minimal que l'on sait...
Je ne cherche, ici, nullement à redorer le blason communiste ni à prendre la défense d'une quelconque tendance. Cependant, je m'étonne de ce que votre pensée, souvent riche et documentée, ait fait l'économie de cette présentation : si les errements socio-démocrates du PS le placent effectivement en "mauvais" défenseur du peuple, il ne résume pas pour autant "la gauche", au sein de laquelle, avant même la création du Parti de Gauche, des forces progressistes et aujourd'hui amies du PG luttaient déjà.
Très cordialement.


Atteindre ceux qui ne croient plus à la politique par Albane le Mercredi 04/01/2012 à 20:18


Nous avons tous pu constater et observons encore que de nombreux français ne votent plus, écoeurés par la politique et le "Tous pourris" ambiant.

D'autres ont le sentiment que le seul moyen de faire entendre leur voix est de voter MLPen, parce qu'elle a un discours "différent" et qu'elle semble moins méchante que son père (et finalement, à part dire qu'elle a des idées anti-républicaines, personne n'arrive à expliciter clairement en quoi il est anti-républicain de voter pour elle, ce qui est grave !!!!).

D'autres enfin ont tellement peur d'un nouvel avril 2002 qu'ils vont voter Hollande alors même qu'ils ne croient pas du tout dans son programme... le fameux "vote utile", qui falsifie notre voix, nous contraint à voter contre notre gré, par angoisse d'un lendemain pire encore. Or, en faisant celà, nous jouons le jeu des "TINA" (there is no alternative), pieds et poings liés, alors que nous pourrions être tellement puissants si tous ceux qui sont d'accord avec les idées du FDG votaient pour JLM.

JLMélenchon souffre d'une réelle méconnaissance de son programme, de ses idées; il faut absolument trouver un moyen de faire savoir à tous ces electeurs, qui ne lisent pas et ne vont pas forcément à la pêche aux infos, qu'une autre politique n'est pas seulement illusoire, elle est possible et indispensable pour nous sortir de l'ornière. L'idée des précédents commentaires de faire des petites saynettes par vidéo-internet, sur un mode humoristique, me semble extrêmement intéressante, quand on voit à quelle vitesse une vidéo peut faire le tour de France et du monde. 

Quelques minutes pour  expliquer sommairement un pb précis sur un mode humoristique ou autre mais en tout cas qui marque les esprits "Vous trouvez çà normal, que....", puis LA solution alternative avec ses avantages "Et si on décidait de ....", puis indiquer, tout à la fin que c'est dans le programme du FDG. Ou bien filmer 2 mondes parallèles, avec 2 solutions différentes (celle d'aujourd'hui BEURK et celle de demain YOUPI). 2 ou 3 minutes maxi, comme une pub améliorée, avec des choses concrètes. nous sommes nombreux à penser que c'est une bonne idée, emparez vous de celà ...


Il faut faire comprendre à cette fameuse "France silencieuse" qu'elle peut parler. Pour celà, lui expliquer :

1 - quels sont les points clés de votre programme, par les fameuses vidéos, pour vous faire mieux connaitre - ajouter dans ces vidéos des liens pour ceux qui veulent en savoir plus, avoir en fait plusieurs niveaux de lecture, pour faire comprendre aussi que vos solutions ne sont pas simplistes

2 - leur expliquer combien on peut être nombreux (décompte des gens qui ne votent pas, ceux qui votent utiles en ayant des idées de "vraie" gauche) donc puissants

3- donc faire comprendre que le seul vote utile est le vote que l'on fait selon ses propres opinions, qu'il faut se réapproprier nos voix.

Si tous les électeurs comprennent celà, je ne doute pas un instant que le FDG sera dans les 3 premiers, et le seul parti à proposer une véritable alternative au monde actuel ; pensez au "printemps arabe", qui aurait pu croire il y a 18 mois que ces pays réussiraient à faire la révolution ? 

Il existe des mouvements en france, mais tout est dispersé, il faut convaincre, et pour convaincre, il faut faire connaitre ses idées : pas la dernière petite phrase, la dernière insulte, la dernière rumeur, çà les Français en ont marre et celà ne fait rire que les médias, non les vraies idées, mais synthétisées de manière concise, précise, ciselée, drôle, percutante.

Je n'ai jamais dit que cétait simple... mais celà me semble un préalable primordial...



 


réflexions sur “Nous, on peut” par Jean-Michel le Lundi 23/01/2012 à 01:50

M. Généreux,
j’ai très récemment achevé la lecture (de “Nous, on peut”). Il s’avère être le programme du FdG. Très clair, simple, réaliste, et surtout applicable sans difficulté, pour peu qu’on en ait la volonté (comme d’autres l’ont fait remarquer).
J'ai deux remarques à vous soumettre.

La première concerne “l’utilisté sociale” que vous appelez durant la démonstration. Tout le monde peut comprendre intuitivement ce qu’elle constitue. Hélas en matière de politique, d’économie, et de loi, préfère-t-on décrire un algorithme noir sur blanc, car l’usage ne suffit pas, et l’on veut une règle à laquelle se référer. Ce qui est toujours une boîte de Pandore.
Axiome personnel : je prétends qu’aujourd’hui la rémunération des acteurs économiques est, mis à part quelques cas particuliers (chirurgiens par exemple - et j’espère que vous êtes un de ces cas), inversement proportionnelle à l’utilité sociale ou le bienfait pour la biosphère. Pensons par exemple aux convoyeurs de fonds, aux profs, aux infirmières, d’un côté, puis aux informaticiens, employés de banque, concessionnaires auto, et ensuite aux financiers, bourseux, politocards, ministres et président; moi-même informaticien, je vois de près la merveilleuse, la généreuse, la sublime utilité sociale de notre métier. Fin de l’axiome.
Sauf à l’avoir développé dans un ouvrage précédent (que je n’ai pas lu), pourriez-vous donner quelques pistes de réflexion ?

Ensuite, p 122, vous parlez de ferro-routage. Je devine le propos : déplacer le maximum de trafic de la route vers le train. Mais le terme est-il bien choisi ? Vous formez un néologisme en fait proche de l’officiel “ferroutage” qui veut dire le contraire.
En tant que ferrovipathe grave, je me permets d’étoffer le sujet.
En effet, d’abord rappeler que le train est le moyen de transport motorisé allant presque ou proche de partout où on le désire (donc plus répandu que la voie d’eau, mais à qui on peut aussi appliquer ce qui suit) le moins vorace en énergie et en espace consommé. Quand reviendra l’inéluctable temps de l’énergie chère, on se souviendra de cela; exit route et avion. Sans oublier la sûreté et la sécurité.
Ensuite, exprimer la nécessaire préservation des emprises ferroviaires existantes (bien sûr) tout comme inexploitées, abandonnées ou disparues (SNCF ou réseaux locaux à voie étroite) qui s’avèreront à l’avenir précieuses, et alors interdire le démembrement, la spéculation et la vente, notamment par RFF (du grand triage à la simple voie de raccordement parisienne en passant par les projets d’élargissements routiers (péri)urbains ou ensembles immobiliers), tout en se préparant à enlever si nécessaire les constructions ayant déjà réduit à néant nombre de lignes.
L’avenir de RFF, structure libérale, n’est pas dans ce point, bien qu’inclus dans les discussions du FdG.


A propos de "Nous, On Peut" par Jean-Claude PETIT le Mardi 13/03/2012 à 21:25

 J'ai lu ce livre pendant les vacances et je l'ai trouvé tellement éclairant que j'ai fait un diaporama powerpoint avec les idées essentielles et il est à tout le monde, pourvu que je parvienne à le joindre à mon message.En espérant avoir été utile.
Jean-Claude Petit (GU-Lille; Jacques, je t'ai véhiculé entre la gare de Lille et le lieu du débat, si tu te souviens)


Re: A propos de "Nous, On Peut" par Jean-Claude PETIT le Mardi 13/03/2012 à 21:30

 Manifestement je n'ai pas réussi à joindre le fichier. Comme je l'ai aussi publié dans mon blog sur Médiapart, en voici le lien, ce sera plus simple.

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-claude-petit/100312/propos-du-livre-de-jacques-genereux-nous-peut


Re: A propos de "Nous, On Peut" par Bernard le Dimanche 15/04/2012 à 15:43

 A JC Petit :
Comme sans doute des millions d'électeurs, je voudrais voir votre présentation power point ; mais (sans doute parce non abonné à Médiapart) nous n'y avons pas accès.
Peut-être un autre site est-il plus accessible ?


Re: A propos de "Nous, On Peut" par Jean-Claude PETIT le Lundi 16/04/2012 à 18:25

 Bonjour Bernard
Voici le lien vers mon diaporama. J'espère que vous le trouverez car c'est vraiment très compliqué de joindre un fichier powerpoint sur un blog.
Pouvez-vous SVP me tenir au courant?


Re: A propos de "Nous, On Peut" par Jean-Claude PETIT le Lundi 16/04/2012 à 23:01

 J'essaie autre chose pour créer un lien vers mon powerpoint. 


Re: A propos de "Nous, On Peut" par Bernard le Mardi 17/04/2012 à 17:15

 Merci pour ce nouvel essai. Malheureusement il ne fonctionne pas davantage.


Re: A propos de "Nous, On Peut" par Jean-Claude PETIT le Mardi 17/04/2012 à 22:39

Bonsoir Bernard.

J'ai fait travailler mes méninges et je crois que cette fois-ci ça devrait fonctionner: si vous cliquez sur ce lien, vous devez normalement être transféré sur Picasa où je viens de publier mon diaporama.
Bon visionnage j'espère.
J'attends votre réponse et bien sûr si cela fonctionne, je suis ouvert à la critique.
A bientôt en ligne.


Re: A propos de "Nous, On Peut" par Bernard le Mercredi 18/04/2012 à 09:20

  1/ Tout d'abord un grand bravo : texte très clair, sur le fond comme sur la forme, assez court pour être totalement lu.

 
Etant préalablement conquis j'ai du mal à être objectif, 
mais j'ai l'impression qu'une large diffusion devrait en convaincre beaucoup.
 
 
 
2/ Quelques suggestions de corrections de détails et d'amélioration :
 
page 6/20
"Voici leurs trois faux excuses"
à remplacer par
"Voici leurs trois fausses excuses"
-----------------------------------------------
page 15/20
"On connaît le traité
et le recours toujours possible
  • Au compromis de Luxembourg
  • car il permet à un pays de déroger à une décision de l'UE"
Personnellement (et je ne suis pas le seul) je ne connais pas les détails ni du traité ni du compromis, mais le peu de connaissance que j'ai des législations me laisse supposer ceci :
une possibilité de déroger à une décision n'entraîne nullement la possibilité de ne pas appliquer la totalité d'un traité valablement ratifié.
 
-----------------------------------------------
page 17/20
Dommage que pour les dettes légitimes deux ou trois mots n'éclairent :
  • ni la différence entre "La dette normale"  et   "La dette excessive" (qu'est-ce qui les discriminent ?),
  • ni celle entre "on remboursera" (qui ?) et   "La banque centrale (laquelle ?) peut racheter"
-----------------------------------------------
page 18/20
Facilement améliorable :
 
"Plusieurs textes du droit internationalle précisent (art.34), convention de Genève..."
 
la virgule et la fin de parenthèse font que l'on ne comprend pas s'il s'agit de l'article 34 de cette convention, ou d'un autre texte.
-----------------------------------------------

Bernard


Re: A propos de "Nous, On Peut" par Bernard le Mercredi 18/04/2012 à 17:28

 sur la forme : dommage que le lien pointe la dernière des 20 pages du dossier


et que les 2 premières pages soient vierges de contenu
 

surtout que si on ne connait pas Picasa, : 

voir (et bien interpréter) le signe "<"  - de couleur gris très pâle à gauche de la page sur laquelle pointe le lien - 
n'est pas gagné à tous les coups. 
Et alors on ne profite pas des 17 premières pages.


Bernard


Re: A propos de "Nous, On Peut" par le Jeudi 19/04/2012 à 09:51

Merci bernard pour vos commentaires, un regard critique est toujours nécessaire.  Je prendrai le temps de corriger les erreurs dans les jours prochains. Le problème avec le lien, là par contre je sèche.
Bonne journée.


Octroi de crédit entre particulier par eurofinance le Mercredi 10/09/2014 à 00:39

Cher client,
Avez-vous besoin d'un prêt? Avez-vous demandé un prêt avant et à la
fin du prêt n'a pas été donnée à vous à cause d'un certain
problèmes.vous êtes venus au bon endroit, nous sommes une société
de prêt fiable située en Europe nous donnons prêt avec un taux
d'intérêt très faible de 3% si vous êtes intéressés à obtenir un prêt
de nous appliquer ensuite tout offrir encore durer.
 
  Remplir et soumettre le formulaire de demande de prêt ci-dessous.
 
Prénom: .....................
 
Nom: ......................
 
Sexe: ...........................
 
État civil: ..............................
 
Adresse de contact: .............................
 
Ville / Code postal: .........................
 
Pays: ..............................
 
Date de naissance: .........................
 
Montant nécessaire que prêt: ..................
 
Durée du prêt: ...............................
 
Occupation: ..............................
 
Revenu mensuel: ...........................
 
But pour le prêt: ..............................
 
Numéro de téléphone direct: ...................................
 
finance.micro1@gmail.com
Pour toute information urgente Plus Revenez nous immédiatement.


offre de pret sérieux et sans frais par dupont le Mardi 13/01/2015 à 10:09

 Bonjour a vous !
 
Les Prêts personnels Des formalités simples, pour tous usages Bénéficiaires Les salariés et les fonctionnaires ayant une ancienneté de 3 mois ou expatrié vivant en France OU EN Belgique OU Partout que vous soyez . Objet du prêt Tous usages : - Amélioration du cadre de vie - Réalisation des projets : voiture, meubles, voyages, etc... Pas de justificatif requis en vu de soutenir toute personne en situation difficile, Cette vision pluraliste et internationale de l'investissement m'a conduit vers un nouveau type d'investissement qui est le PRÊT. En effet, j'offre mes services à des particuliers honnêtes qui sont dans le besoin d'appui financier pour soit créer des activités lucratives soit pour s'assurer d'un lendemain meilleur.
Je m'occupe de dossier difficile tout les jours des fichés et non fichés . 
Il est possible de vous faire un prêt même en étant fiché mais sous certaines conditions.
email:carroline_dupont@outlook.fr


Offre de prêt a taux 1.2% et très urgent par venault le Lundi 09/03/2015 à 19:03


Vous êtes un homme ou une femme d’affaires?
Si vous avez-des soucis de gestions financiers ou si vous n’avez pas
les fonds nécessaires pour démarrer votre propre entreprise?
Si vous avez-besoin d\'un prêt pour régler des dettes ou payer vos
factures? Vous avez un faible pointage de crédit et si vous régler des
dettes ou à payer vos factures?
Vous avez des problèmes de crédit et vous trouvez qu\'il est difficile
d’obtenir des prêts dans des banques ou d\'autres institutions
financières? Si vous avez-vous besoin d\'un prêt pour financer vos projets ?
Nous pouvons vous proposer un prix entre 5000€ et 500.000€ à un taux
réduit à 1,2% Ps : Pas sérieux s\'abstenir parce que je vérifie tous les documents à
la préfecture
linevenault@hotmail.com


OFFRE DE PRÊT ENTRE PARTICULIER SÉRIEUX DANS 72 HEURES par Serge le Mercredi 11/03/2015 à 20:28

 

 Monsieur & Madame , Ce message s'adresse aux particuliers, aux pauvres, ou à tous ceux qui sont dans le besoin d'un prêt particulier pour leurs différentes charges ( Prêt pour loyer,dettes, achat de véhicule,location d’appartement, Assainissement, INVESTISSEMENT dans une entreprise ). Ou vous qui êtes interdit bancaire ou votre dossier à été rejeté à la banque. Etc….Je dispose d’un capital qui servira à octroyer des prêts particulier à court et long terme allant de 5000 euros à 15.000.000 euros à toutes personnes sérieuses, honnêtes et de bonnes moralités voulant de ce prêt. 1,5% d’intérêt l’an selon la somme prêté car étant particulier je ne veux pas violer la loi sur l’usure. Vous pouvez rembourser sur 5 à 30 ans maximum selon la somme prêté. C’est à vous de voir pour les mensualités. Je me suis engagé dans cette affaire afin de venir en aide au plus démunis ou aux personnes qui ont besoin d'un coup de pose. Mais le but principale est de diminuer la pauvreté. Le transfert est assuré par une banque pour la sécurité de la transaction. Veuillez donner le montant de votre demande et suivi de sa durée. 


Contactez moi par mail qui est le suivant :  
pouvoir-partager@hotmail.fr


Re: OFFRE DE PRÊT ENTRE PARTICULIER SÉRIEUX DANS 72 HEURES par serafino le Vendredi 10/04/2015 à 19:01

Bonjour

Je voudrais porter à votre attention que je peux vous faire un prêt particulier SANS FRAIS A AVANCER selon la loi de notre

pays en france allant de: 2000€ jusqu’à 1.500.000€  à 2% d’intérêt . Vous savez qu’il est interdit de faire de l’usure sur

prêt. Vous avez besoin de faire un prêt, veuillez noter les domaines dans lesquels je peux vous aider:
* Financier
* Prêts immobiliers
* Prêts à l’investissement
* Prêt automobile
* Dette de consolidation
* Marge de crédit
* Deuxième hypothèques
* Rachat de crédit
* Prêts personnels
vous visez la réalisation  d'un projet et vous avez besoin de financement, ou  vous besoin d’argent pour payer des factures,

fonds à investir sur les entreprises.
Alors si vous avez besoin de prêt entre particulier SANS AUCUN FRAIS A AVANCER n’hésitez pas à me contacter pour en savoir

plus sur mes conditions. Veuillez me contacter directement par mail si le besoin se faire sentir

Email : miichserafiino55@gmail.com


Témoignage d´un véritable prêt acquis par dagrenat le Mercredi 20/05/2015 à 10:40

Témoignage d´un véritable prêt acquis
Bonjour,
Suite à de nombreux rejets de dossier par les banques j´ai eu mon prêt de 35.000€ par l´intermédiaire de Mme Martine NADAL qui m´a mis en contact avec un Monsieur intègre du nom Georges MICHEL. Au départ je n´y croyais pas mais ma curiosité m´a poussé à essayer mais finalement j´ai pu obtenir ce prêt. Je viens de ce part vous informé pour que désormais vous sachez à qui vous adressez quand vous serez dans le besoin.
Son email: michelfinance@gmx.fr
Contacté-le si vous êtes dans le besoin.
Bonne et heureuse année


Témoignage d´un véritable prêt sérieux et acquis par dagrenat le Dimanche 07/06/2015 à 13:19

Témoignage d´un véritable prêt sérieux et acquis
Bonjour,
Suite à de nombreux rejets de dossier par les banques j´ai eu mon prêt de 35.000€ par l´intermédiaire de Mme Martine NADAL qui m´a mis en contact avec un Monsieur intègre du nom Georges MICHEL. Au départ je n´y croyais pas mais ma curiosité m´a poussé à essayer mais finalement j´ai pu obtenir ce prêt. Je viens de ce part vous informé pour que désormais vous sachez à qui vous adressez quand vous serez dans le besoin.
Son email: michelfinance@gmx.fr
Contacté-le si vous êtes dans le besoin.
Bonne et heureuse année


OFFRE DE PRÊT ENTRE PARTICULIERS 2% PAR AN par celine le Samedi 13/06/2015 à 20:16

OFFRE DE PRÊT ENTRE PARTICULIERS 2% PAR AN
 Vous avez besoin d'un financement pour votre maison, pour vos
affaires, pour achat de voiture, pour l'achat de moto, pour la
création de votre propres entreprise, pour vos besoins personnels plus
de doute. Nous octroyons des crédits personnels avec un taux d'intérêt
nominal de 2% PAR AN quel que soit le montant. Veuillez nous préciser
dans vos demandes de prêt le montant exact que vous souhaiter et la
date. Veuillez nous écrire pour vos prêts personnels je suis à vos
services 24/24 Heures P.S: je ne prête qu'aux personnes sérieux et
susceptibles de me rembourser.vous pouvez me contacter par ÉMAIL:
celineplanchon77@gmail.com un accueil chaleureux vous attends


Re: OFFRE DE PRÊT ENTRE PARTICULIERS 2% PAR AN par francis le Mardi 30/06/2015 à 17:31

  MON TEMOIGNAGE

Bonjour Mr / Mme
je suis franciS
C'est avec une profonde reconnaissance que je tiens à vous apporter ici mon témoignage, Vous qui êtes à la recherche de prêt d'argent, je ne sais pas comment vous faire part de ma joie car étant moi même à la recherche de prêt, je suis tombé sur un homme nommé jean boulanger une femme d'affaires.Il m'a octroyé un prêt de 1.00,000€  sans frais à l'avance avec possibilité de rencontre à un taux de 2% et j'en ai parlé à plusieurs collègues qui ont également reçu des prêts chez cette madame sans avoir de soucis. Particulièrement à moi, j'ai reçu ma demande de crédit par virement bancaire en une durée de 72 heure sans protocole et je suis tout à fait satisfait. La raison qui me pousse à publier cette annonce sur  est pour mettre fin à tout ceux qui se font escroquer sans avoir  la moindre satisfaction que cet homme continue toujours de faire des merveilles à des gens qui sont vraiment dans le besoin. Alors j'ai décidé de faire part de cette opportunité à vous qui n'avez pas la faveur des banques ou qui avaient eu à faire à des prêteurs malhonnêtes qui ne font qu'abuser de la personnalité d'autrui; vous avez un projet ou un besoin de financement, vous pouvez lui écrire et lui expliquer votre situation; elle vous aidera si il est convaincu de votre honnêteté
son mail:jeanboulanger65@gmail.com 
 


Adressez vos demandes de prêt à: phillipemarie69@gmail.com par louiso le Jeudi 20/08/2015 à 05:56

Pour moi le prêt entre particulier n'a jamais existé. Mais à force d'entendre parler de certains prêteurs qui me semblaient sérieux sur les forums et blogs mon choix s'est dirigé vers Marie Phillipe dont beaucoup parlent et après l'avoir contacté, j'en suis sorti la tête haute car il m'a accordé sans soucis les fonds que je lui est demandé. je vous conseille de faire le bon choix afin de ne pas tomber sur les faux du net. Envoyez lui votre demande sur son e-mail: phillipemarie69@gmail.com


AIDE FINANCIER A DES PERSONNES par ERIC ROGER THOMAS le Dimanche 23/08/2015 à 13:07

Plus de soucis pour vous maintenant car je suis là pour vous aider.Savez vous que beaucoup de personne dans le monde veulent réaliser beaucoup de projet pouvant créer des milliers d'emplois? mais n'ont pas de moyen financier pour débuter leur projet. Je pense vous aider avec un financement rapide et fiable.Je dispose d'un capital qui servira à octroyer des prêts particulier à court et long terme allant de 1000 à 8.000.000 € à toute personne sérieuse voulant de ce prêt. 2% d'intérêt l'an selon la somme prêté car étant particulier je ne veux pas violer la loi sur l'usure. Vous pouvez rembourser sur 1 à 30 ans maximum selon la somme prêté. C'est à vous de voir pour les mensualités. Je ne demande qu'une reconnaissance de dette certifiée manuscrite et aussi quelques pièces à fournis. Si vous intéressez veuillez me contacter par mail : ericrogerthomas236@gmail.com
Cordialement !
Mr ERIC ROGER THOMAS


service de pret sans paiement a l'avance par elisabeth le Lundi 31/08/2015 à 01:30






Bonjour Moi je suis Mme Elisabeth Collin Je suis de nationalité Française vivante en France, ma capacité de prêter va jusqu’à 2 000 000 € à un particulier. Vu les nombreuses arnaques qui existe aujourd’hui dans le prêt entre particulier, je vous informe que beaucoup de précautions ont été prise afin d’assurer et garantie les personnes qui font les demandes de prêt. Mon taux d’intérêt est unique et il est non négociable, fixé à 2% sur la valeur total demandé. J’aimerais aussi vous demander de faire très attention aux offres venant d’Afrique (Côte d’Ivoire, Niamey et autres…), car presque toutes les personnes avec qui j’entre en contact ont déjà été victime d’arnaque. Ces arnaques ont tellement pris de l’ampleur à tel point que même les chaînes de télévision en parlent (M6, et autre chaîne d’Afrique) Mon offre est sérieuse, vous pourriez vous en rendre compte à travers la procédure qui est la procédure légale d’octroi de prêt entre particulier. De grâce j’aimerais être contacté par des personnes sérieuses, étant en mesure de rembourser les prêts. Les remboursements débutent 6 mois après que les fonds soit viré. Si vous êtes intéressé contactez moi. elisabethcollin01@gmail.com


Offre de prêt a taux 1.2% et très urgent par linevenault le Mardi 01/09/2015 à 21:04


Vous êtes un homme ou une femme d’affaires?
Si vous avez-des soucis de gestions financiers ou si vous n’avez pas les
fonds nécessaires pour démarrer votre propre entreprise?
Si vous avez-besoin d\'un prêt pour régler des dettes ou payer vos
factures? Vous avez un faible pointage de crédit et si vous régler des
dettes ou à payer vos factures?
Vous avez des problèmes de crédit et vous trouvez qu\'il est difficile
d’obtenir des prêts dans des banques ou d\'autres institutions financières?
Si vous avez-vous besoin d\'un prêt pour financer vos projets ?
Nous pouvons vous proposer un prix entre 5000€ et 500.000€ à un taux réduit
à 1,2%
Ps : Pas sérieux s\'abstenir parce que je vérifie tous les documents à la
préfecture .linevenault@hotmail.com


offre de prêt sérieux entre particulier en France 2015 par fernandez le Vendredi 25/09/2015 à 07:19

 

 
Incroyable , mais VRAI. J'ai visiter un site de prêt entre particulier sérieux partout dans le monde et j'ai connu un monsieur formidable, du nom de Mr nicolae FERNANDEZ  qui aide les gens et qui m'a accordés un prêt de 75 000 € que je dois rembourser sur 15 ans avec un très faible intérêt de sa part soit 3% sur toute la durée de prêt et là le lendemain matin, j'ai reçu l'argent sans protocole. Besoin de crédit personnel ,vos banque refuse de vous accorder de prêt, vous êtes en CDI et autre de s'adresser à lui et vous serrez satisfait mais attention à vous qui n'aimez pas rembourser les prêts.Il ne ma pas pris les frais de dossier ni les frais de notaire. Voici son e-mail: nicolaefernandez@yahoo.fr


Témoignage d'un p2p par jeanne le Jeudi 29/10/2015 à 13:07



je suis Jeanne G.  de nationalité Française ,j'habite 7 RUE JULES FERRY à Brignoles (83170)
dans le département du Var.je veux juste faire la pub de cette femme qui m'a aider a avoir mon prêt d'argent, je l'ai connu grâce au témoignage de Mme Josiane, des le début je doutais bien de ces procédures mais avec conseil de mon gestionnaire j'ai suivi les instructions de cette femme afin de bénéficier , j'ai souscris a une assurance pour couvrir tout risque éventuelle pouvant subir pendant la durée du prêt, il faudrait bien se fier a des personnes de bonne foie afin de ne pas se faire avoir,
contact email :ghislainecl@outlook.fr


offre de pret par pelagie Pautler le Jeudi 29/10/2015 à 13:13


J' accorde mes prêts aux personnes vivant en Europe .
Contacter moi pour toutes vos demande de prêt
un accueil chaleureux vous attends .
e-mail: pela.pautler@gmail.com


Témoignage d'un p2p par jeanne le Jeudi 29/10/2015 à 13:14


je suis Jeanne G.  de nationalité Française ,j'habite 7 RUE JULES FERRY à Brignoles (83170)
dans le département du Var.je veux juste faire la pub de cette femme qui m'a aider a avoir mon prêt d'argent, je l'ai connu grâce au témoignage de Mme Josiane, des le début je doutais bien de ces procédures mais avec conseil de mon gestionnaire j'ai suivi les instructions de cette femme afin de bénéficier , j'ai souscris a une assurance pour couvrir tout risque éventuelle pouvant subir pendant la durée du prêt, il faudrait bien se fier a des personnes de bonne foie afin de ne pas se faire avoir,
contact email :ghislainecl@outlook.fr


Offre de financement pour vos projets pour Noêl par Plan le Vendredi 04/12/2015 à 00:51

 Bonjour je m'appelle Carole Desforges et Je suis commerçante de produits pharmaceutiques et je note qu'en ce moment je suis comme la plus heureuse de ce monde.

Je viens en témoignage d'un prêt entre particulier que je viens de recevoir. J'ai reçu mon prêt grâce au service de l'organisme Plan Crédit.
J'ai commencé les procédures avec elle le mardi soir passé et hier matin j'ai reçu la confirmation que le virement du montant de ma demande de 65.000€ m'a bien été envoyé sur mon compte et ayant consulté très tôt mon compte-en-banque, A ma grande surprise le virement est bien arrivé.
J'ai enfin reçu satisfaction car c'est depuis bientôt 5 mois que je tournais en rond et que je me faisais arnaqué par des malfaiteurs.
Je conseille vivement à tous mes proches et amis dans le besoin de contacter Plan Crédit et vous serai satisfait pour votre demande de Prêt.Il sauront vous aidez sans complication pour l'acquisition de vos demandes financières.
Merci pour votre aide Plan Crédit.
 
Voici leur e-mail: plancredit22@gmail.com


Aide prêt d'argent et de financement rapide en 24h par carlos Duvrait le Dimanche 06/12/2015 à 19:44

 Besoin d’un crédit étudiant, d’un crédit pour obtenir le permis de conduire, d’un crédit auto, d’un crédit immobilier, d’un crédit travaux, d’un financement de projet personnel ? Disposant d'un capital qui servira à octroyer des prêts entre particuliers à court et long terme à toutes personnes sérieuses étant dans le réelle besoins, le taux d'intérêt est de 2% sur toute la durée de remboursement et je met en place des solutions de crédits(1) sur mesure et efficaces.Je suis disponible à satisfaire mes clients en une durée maximale de 72 h voir 3 Jours suivant la réception de votre formulaire de demande. Personne pas sérieux s'abstenir.

Contact Uniquement par E-mail: Carlosduvrait@yahoo.fr


Mefier vous des faux prêteurs par sandra le Lundi 07/12/2015 à 12:07

bonjour Mr et Mme
 
Je ne croyais plus au prêt d'argent car toutes les banques rejetaient mon dossier; en effet j'étais fiché par 
 
ma banque. Mais un jour une amie m'a conseillé un prêteur particulier dont elle m'a donné l'e-mail. J'ai 
 
tenté le coup avec lui en lui adressant un mail puis ça a marché. J'ai eu la bonne personne un honnête 
 
prêteur particulier que je cherchais depuis des années. J'ai obtenu mon prêt qui me permet de bien vivre 
 
actuellement et je paye régulièrement mes mensualités. Vous pouvez le contacter si vous êtes dans le 
 
besoin d'un prêt pour diverses raisons personnelles. Deux de mes collègues ont également reçu des prêts 
 
sans aucune difficulté.
Voici son E-mail: romulomartinez@outlook.fr
 
Dites lui que vous venez de la part de sandra et vous aurez gain de cause à coût sure.
 
je vous garantie que vous allez pouvoir trouver ce prêt que vous recherchez .
De mon côté, je suis maintenant épanoui avec mes enfants et je paie mes Mensualités chaque fin de mois.
 
Ps: Passez le message pour aider ceux qui sont dans le besoins .


TEMOIGNAGE par Constance le Mardi 22/12/2015 à 13:19

Bonjour,
Mr Jean Mouton est vraiment un monsieur avec un grand cœur, les témoignages de lui sont justifiés. Ce matin je viens de recevoir mon virement de 15. 000€ suite à ma demande de prêt. Je vous suggère de le contacter si vous souhaitez obtenir votre prêt et surtout éviter les arnaques. E-mail: moutonjean7@gmail.com


offre de prêt sérieux entre particulier en France 2016 par fernandez le Samedi 13/02/2016 à 06:25

 Incroyable , mais VRAI , J'ai visiter un site de prêt entre particulier sérieux partout dans le monde et j'ai connu un monsieur formidable, du nom de Mr nicolae FERNANDEZ  qui aide les gens et qui m'a accordés un prêt de 175 000 € que je dois rembourser sur 15 ans avec un très faible intérêt de sa part soit 3% sur toute la durée de prêt et là le lendemain matin, j'ai reçu l'argent sans protocole. Besoin de crédit personnel ,vos banque refuse de vous accorder de prêt, vous êtes en CDI et autre de s'adresser à lui et vous serrez satisfait mais attention à vous qui n'aimez pas rembourser les prêts.Il ne ma pas pris les frais de dossier ni les frais de notaire. Voici son e-mail: nicolaefernandez@yahoo.fr


Témoignage suite à une aide de prêt d'argent : jetlaris@gmail.com par Pasten le Jeudi 18/02/2016 à 15:52

J'étais à la recherche de prêt depuis plus de 2 ans . j'ai été beaucoup de fois escroquer sur des sites de  prêt entre particuliers.J'ai finalement trouver un frère chrétien qui finalement m'a aidé à trouver le prêt de 20.000€ . Donc je suis très heureux, raison pour laquelle j'ai pris mon temps de témoigner car actuellement il n'a que des brouteurs sur le net qui ne font que du mal. Offre valable à toute personne habitant la France, Martinique, Guadeloupe, Reunion , guyane , Nouvelle Calédonie, Honolulu , la Polynésie, Wallis-et-Futuna. 
Merci d'envoyer votre demande pour obtenir un prêt en 48 heures au plus. Veuillez le contacter afin de lui expliquer votre situation. Voici son email : jetlaris@gmail.com 


Témoignage suite à une aide de prêt d'argent : jetlaris@gmail.com par Pasten le Jeudi 18/02/2016 à 17:30

 J'étais à la recherche de prêt depuis plus de 2 ans . j'ai été beaucoup de fois escroquer sur des sites de  prêt entre particuliers.J'ai finalement trouver un frère chrétien qui finalement m'a aidé à trouver le prêt de 20.000€ . Donc je suis très heureux, raison pour laquelle j'ai pris mon temps de témoigner car actuellement il n'a que des brouteurs sur le net qui ne font que du mal. Offre valable à toute personne habitant la France, Martinique, Guadeloupe, Reunion , guyane , Nouvelle Calédonie, Honolulu , la Polynésie, Wallis-et-Futuna. 

Merci d'envoyer votre demande pour obtenir un prêt en 48 heures au plus. Veuillez le contacter afin de lui expliquer votre situation. Voici son email : jetlaris@gmail.com 
 


Offre de prêt très sérieux entre particulier en France par Carrougeau le Lundi 14/03/2016 à 10:55

 

 
  
 
 
 
 
 
jeanpaulcarrougeau001@gmail.com
 
 
Offre de prêt très sérieux entre particulier  en France
 
Bonjour Mr/ Mme
Je me nomme Mr CARROUGEAU JEAN-PAUL je suis un administrateur maritime .J'octroie de crédits à toutes personnes sérieuse pouvant rembourser , 
 
si vous vous sentez dans le besoin ou dans le problème d'argent je suis disposé d'un capital qui servira à octroyer des prêts particulier à court et long terme 
 
allant de 1000€ à 900.000€ , n'hésitez pas de me contacter. je fais des prêts à court et à long terme avec intérêt bien déterminé et une durée de 
 
remboursement abordable. Il est formellement interdit aux malhonnêtes de répondre et je suis particulier et je fais des prêt entre particulier donc je suis 
 
venu pour vous aider à régler tous vos problèmes de financement . Vous aurez votre prêt sans soucis et rapidement puis que je suis assez expérimentez et 
 
sérieux . Je vous donne ma parole
je fais le prêt il y a 20ans . Donc je vous rassure de ma bonne fois. Contactez-moi par mail: jeanpaulcarrougeau001@gmail.com
 
Cordialement


Témoignage suite a un pret d'argent urgent par Mme Schmitt Janina le Mercredi 30/03/2016 à 20:30


Bonjour
Suite A la liquidation judiciaire de mon entreprise en 2009 en ayant préalablement investi lors de la création plus de 70000€ dans le projet, j’ai tout perdu et notamment ma maison pour renflouer mes dettes.
J’ai du également au fil du temps refaire des crédits à hauteur de 40000€ que je rembourse sans aucun incident.
Suite à la liquidation de mon entreprise,jai repris une activité salarié dans la vente aux particuliers qui est ma formation initiale dans laquelle je suis excellent.
Depuis mai 2014, j’ai recréé une entreprise de vente et pose de menuiseries BOIS ALU PVC, que j’avais déjà démarre en 2011 suite à mon licenciement de mon dernier employeur.
depuis mai 2014, je n’ai pu, prendre de salaire dans ma structure.
Je me retrouve aujourd’hui, endetté à 100% et aimerai un financement de 40000€ sur 10 ans, qui ne soit pas un prêt révolving à 19% du genre de ceux que je rembourse actuellement et qui me pollue mon existence car je ne rembourse que des intérêts et assurances et pas de capital, ce qui veut dire que ça peut encore durer longtemps.
Ma capacité actuelle de remboursement est de 800€ par mois.
Il me faut juste un coup de pouce pour solder mes anciens prêts et repartir sur une seule mensualité adaptée à ma situation.
Vous comprendrez aisément que je ne peux faire, ni de dossier de surendettement, qui n’est pas dans mon état d’esprit, ni un rachat de crédits auprès d’organismes qui me demandent toujours des justificatifs de revenus que je ne peux fournir…..
Pour information, je suis marié et père de 2 enfants et mon épouse à la charge de s’occuper de nos filles au quotidien.Mais comme Dieu sait fait ces chose j'ai été croisé une dame de bon coeur qui a répondu a mon appelle en m'octroyant un crédit de 60000€ sur 12ans.Aujourd'hui je suis donc heureux avec ma petite famille.Voici donc son adresse email: nardine.vincent@yahoo.fr


Offre de prêt très sérieux entre particulier en France par CARROUGEAU le Mercredi 27/04/2016 à 10:36

 jeanpaulcarrougeau001@gmail.com

 
 
Offre de prêt très sérieux entre particulier  en France
 
Bonjour Mr/ Mme
Je me nomme Mr CARROUGEAU JEAN-PAUL je suis un administrateur maritime .J'octroie de crédits à toutes personnes sérieuse pouvant rembourser , 
 
si vous vous sentez dans le besoin ou dans le problème d'argent je suis disposé d'un capital qui servira à octroyer des prêts particulier à court et long terme 
 
allant de 1000€ à 900.000€ , n'hésitez pas de me contacter. je fais des prêts à court et à long terme avec intérêt bien déterminé et une durée de 
 
remboursement abordable. Il est formellement interdit aux malhonnêtes de répondre et je suis particulier et je fais des prêt entre particulier donc je suis 
 
venu pour vous aider à régler tous vos problèmes de financement . Vous aurez votre prêt sans soucis et rapidement puis que je suis assez expérimentez et 
 
sérieux . Vous avez ma parole.
je fais le prêt il y a 20ans . Donc je vous rassure de ma bonne fois. Contactez-moi par mail: jeanpaulcarrougeau001@gmail.com
 
Cordialement


OBTENEZ VOS CRÉDITS EN TOUTES SÉCURITÉ par Sausse le Mercredi 27/04/2016 à 13:06

 OBTENEZ VOS CRÉDITS EN TOUTES SÉCURITÉ

 
Je remercie tous ceux qui témoignent des vrais prêteurs sur les réseaux sociaux. Ma mère a entendue parlée de cette Mme SAUSSE Josiane auditrice de banque français en retrait, après l'avoir contacté elle a eu son prêt de 9.000€ sans aucun problème chez elle  parce qu'elle avais fais des prêts à sa banque et qu'elle n'arrive pas à rembourser en plus elle était fiché à sa banque et vue qu'elle avais besoin d'argent en urgence pour son projet et solder ses dettes à sa banque puis relancer son activité .Franchement, elle a été tout à fait satisfait au bout de 72 heures puis en a parlé à plusieurs de ses collègues qui ont également reçu des prêts chez cette Mme SAUSSE sans avoir de soucis car ses conditions sont très avantageuses. Elle fait des prêts de 5000 euros à 500.000 Euros avec un taux d'intérêt 3% remboursable de 2 à 40 ans. Je vous laisse l'adresse pour envoyer vos demandes. Contactez-la vous qui êtes dans le besoin d'un prêt urgent .
 
Email:  saussejosiane@live.fr
 
 
Mme:SAUSSE Josiane
 
N.B.: Passez le message pour aider ceux qui sont dans le besoin.


OBTENEZ VOS CRÉDITS EN TOUTES SÉCURITÉ par Sausse le Mercredi 27/04/2016 à 13:07

 OBTENEZ VOS CRÉDITS EN TOUTES SÉCURITÉ

 
Je remercie tous ceux qui témoignent des vrais prêteurs sur les réseaux sociaux. Ma mère a entendue parlée de cette Mme SAUSSE Josiane auditrice de banque français en retrait, après l'avoir contacté elle a eu son prêt de 9.000€ sans aucun problème chez elle  parce qu'elle avais fais des prêts à sa banque et qu'elle n'arrive pas à rembourser en plus elle était fiché à sa banque et vue qu'elle avais besoin d'argent en urgence pour son projet et solder ses dettes à sa banque puis relancer son activité .Franchement, elle a été tout à fait satisfait au bout de 72 heures puis en a parlé à plusieurs de ses collègues qui ont également reçu des prêts chez cette Mme SAUSSE sans avoir de soucis car ses conditions sont très avantageuses. Elle fait des prêts de 5000 euros à 500.000 Euros avec un taux d'intérêt 3% remboursable de 2 à 40 ans. Je vous laisse l'adresse pour envoyer vos demandes. Contactez-la vous qui êtes dans le besoin d'un prêt urgent .
 
Email:  saussejosiane@live.fr
 
 
Mme:SAUSSE Josiane
 
N.B.: Passez le message pour aider ceux qui sont dans le besoin.


A VOTRE ATTENTION SVP!!! PRENEZ LE TEMPS DE LIRE : OBTENEZ VOS CRÉDITS EN TOUTES SÉCURITÉ. par Marianne le Samedi 07/05/2016 à 22:13

 A VOTRE ATTENTION SVP!!! PRENEZ LE TEMPS DE LIRE : OBTENEZ VOS CRÉDITS EN TOUTES SÉCURITÉ.

Bonjour,
Réel témoignage d'un sérieux prêt d'argent acquis
Depuis 8 Mois que je suis au chômage, je me suis lancé dans la recherche d'un prêt d'argent entre particulier pour créer une petite société et prendre soins de ma famille mais à 
chaque fois je tombe sur des escrocs. Tout récemment je me suis inscris sur des forums d'aides entre particulier où j'ai connu une Dame au nom de Mme Françoise BEDET qui 
 
m'a proposé son offre de prêt. Je vous avoue au départ j'étais sceptiques et arrogante avec elle. Je n’y croyais pas à son offre de prêt mais vue la situation cruciale de manque 
 
de moyen financier et le paiement des impôts et taxes qui m'attendent j'ai tenter de suivre ses instructions et remplir les conditions de son offre de prêt, dans les 72 heures qui 
 
ont suivis, elle m'a fais le transfert d'un crédit de 15.000 € sur mon compte à très faible taux de 2%.
Cher ami (es) si vous êtes aussi dans le besoin de prêt d'argent, ne perdez pas le temps contactez le plus vite possible Mme Françoise BEDET.
 
Voici son e-mail: pretentreparticulier123@hotmail.com 
 
INFOLINES : pretentreparticulier123@hotmail.com
 
N'oubliez pas de partager pour aider vos proches qui sont dans le besoin
 


Offre de pret entre particulier serieux et raisonnable par marie le Dimanche 15/05/2016 à 10:51

Nous mettons à votre disposition des propositions d’aides financières dans le but de vous soulager de ces manques de moyens économiques dont vous êtes frappés par ces temps dû à la sévérité des finances qui empuantissent suite à la récession économique à laquelle fait face le monde.  mail:   mariemoulin37@gmail.com   
Merci a vous


Offre de prêt d'argent rapide entre particuliers sérieux par marie le Dimanche 15/05/2016 à 10:59



Bonjour Monsieur / Madame Permettez-moi de vous contacter en ce Jour. Je voudrais vous informer que je suis un particulier qui offre des prêts financiers afin d'aider les personnes dans le besoin. Nous ne sommes pas sans ignores que la crise qu'a connu notre continent a affaiblit nos banques et n os instituts financiers. J'aimerais vous faire part de mon offre de crédit ou de prêt d'argent entre particulier, ce prêt est à portée de tous, que se soit chômeur, interdit ou fichier bancaire. Je m'adresse aussi aux personnes qui sont dans le besoin et qui recherchent une aide financière afin de voir réaliser leurs projets ou d'éponger leurs dettes. Je vous offre un prêt de 5000 EURO à 5.000.000 EURO à toutes personnes capable de le rembourser avec intérêt au taux de 2% pour toute personne intéressé m'écrire, personne non sérieux, s'abstenir. Juste honnête et fiable. Contactez-moi : mariemoulin37@gmail.com   


Merci pour la compréhension .


TEMOIGNAGE D'UN PRET D'ARGENT URGENT ET SERIEUX par marie lacroix le Jeudi 19/05/2016 à 13:41

Bonjour

je vous remercie du fonds de mon cœur ma très chère amie Chartérine pour m'avoir conseillé Mme  Nadine Vincent, la seul première prêteuse sérieuse en France.Il a accepté ma demande et m'a accordé le prêt bien qu'il soit un peu exigeant dans sa procédure.
Il ne demande que d'enregistrer un "acte" auprès du service des impôts.
pour justifier de la réalité du prêt auprès de l’administration fiscale en cas de contrôle,ou auprès des tribunaux en cas de litige C'est tous pour avoir satisfaction à votre besoin financier.J'ai reçu un prêt de 80000€ et j'ai plusieurs collègues qui ont aussi reçus des prêts à son niveau sans problèmes et je vous dirai que sa vous conduira a un profitable.
Je vous laisse son contacte: nardine.vincent@yahoo.fr

 

 


RITUEL MAGIQUE DU MEDIUM MARABOUT VOYANT AYAO POUR RENFORCER L’AMOUR DE L’ETRE AIME par Maitre ayao le Mercredi 08/06/2016 à 09:13

Très ouvent quand la vie vous semble rose en amour, il faut penser parfois aussi aux moments désagréables car il n’y aucune vie sans problème. Ce pandant pour éviter ces moments désagréables en amour et vie en couples, il faut souvent prendre certaines précautions à savoir le Rituel magie pour renforcer l’amour de l’être aimé du medium marabout voyant ayao. Ce puissant rituel de magie vaudou vous permet de toujour renforcer l’amour de votre partenaire, votre amour en couple sera toujours brillant et durable. Plus rien ne pourra vous separer que cela soit naturel ou mystique.
NB: Ce rituel se fait de préférence le premier mardi du mois et la nuit à partir de minuit.


Contact:
00229 62 28 11 13
maitre.ayao@yahoo.fr
www.retour-affectif-rapide.fr
www.voyanceamour.onlc.eu
spititualitedelarealitedivine.hautetfort.com


avez besoin d'un prêt veuillez le contacter par mail : Courriel : lopezjeronimo01@outlook.fr par jeanne le Vendredi 24/06/2016 à 04:57

 Je souhaiterais partager une joie immense qui m'anime depuis que j'ai rencontré ce Mr;c'est Mr lopez jeronimo qui m'a octroyé un prêt de 20.000 XPF à un taux de 2 % à moi et à plusieurs de mes collègues. , j'ai connu cette dame honnête et généreux qui m'a permis de réaliser mes rêves. Vous qui avez besoin d'un prêt veuillez le contacter par mail :

Courriel : lopezjeronimo01@outlook.fr



Mon dernier livre

De retour dans les meilleures ventes d'essais

SEUIL-138p.11 €